La (seule) vraie religion

J’ai déjà parlé du livre de Brunschvicg :

« Introduction à la vie de l’esprit »

qui est un ouvrage de jeunesse (je crois qu’il date de 1900) et qui vient d’être réédité chez Hermann.

Il n’est pas lisible sur Internet, c’est l’un des seuls, avec aussi « L’esprit européen », cette série bouleversante de leçons donnée à la Sorbonne de l’automne 1939 à Mars 1940, pendant la période de la « drôle de guerre ».

je ne puis résister à l’idée de m’attarder encore sur ces lignes magnifiques , étonnantes et semblant incompréhensibles, voire scandaleuses,  pour un contemporain, lignes qui constituent la fin de l’introduction à la vie de l’esprit…

« l’univers est bon, absolument bon, du moment que nous savons le comprendre; car nous sommes maîtres de n’y voir que ce qui s’unit à nous »

première perplexité !

car qui pourrait se vanter de « comprendre l’univers » ?

pas les physiciens en tout cas, comme Smolin pour qui « rien ne va plus en physique« , ou Feynman qui déclare :

« si vous avez compris quelque chose à la mécanique quantique, c’est que vous n’avez rien compris à la mécanique quantique »

c’est sans doute pour cela que nous avons du mal à trouver bon l’univers, cet univers absurde qui nous « écrase » de son immensité sans bornes.

Mais Brunschvicg voulait parler de la recherche de la vérité comme tâche et effort infini vers un idéal qui ne sera jamais atteint dans le temps de l’histoire.

« Il n’y aura pas d’épiphanie de la vérité » déclare Badiou…

Il n’y a qu’une progression infinie  vers la vérité qui est Dieu (comme le dit Spinoza dans le « Court traité ») , progression de la conscience de l’humanité, et la théorie des topoi dont j’ai commencé ici l’étude en est un bon exemple, car elle est en train de bouleverser complètement la physique, témoin ce livre formidable qui est en lecture partielle sur Google :

Deep beauty : understanding the quantum world through mathematical

 innovation

http://books.google.fr/books?id=s1dZ1vskM94C&pg=PA237&lpg=PA237&dq=deep+beauty+topos+quantum&source=bl&ots=hWFi8o7sW9&sig=Kh7BUizH4DRwunvGSZgefhRd15I&hl=fr&sa=X&ei=EFuRT77qE9T08QO3yMnCBA&sqi=2&ved=0CDUQ6AEwAA#v=onepage&q=deep%20beauty%20topos%20quantum&f=false

ainsi la théorie des topoi est en train de faire mentir Feynman dans sa tombe !

on ne pourra pas indéfiniment « casser » la matière dans des accélérateurs de particules à des échelles de plus en plus petites, car cela réclame des énergies de plus en plus grandes, et l’actuel LHC, dans lequel les scientifiques placent de grands espoirs, représente peut être la limite de cette « progression » vers l’infiniment petit..

par contre on pourra toujours progresser dans les disciplines purement rationnelles : mathématique , et philosophie enfin scientifique depuis qu’elle peut se doter de ce merveilleux instrument d’investigation des idées, sans passer par le langage « commun » soumis aux illusions perceptives anthropomorphiques, qu’est la théorie des catégories.

Cette philosophie du futur qui commence à se dessiner , nous l’appelons ici mathesis universalis.

Mais revenons au texte de Brunschvicg :

« il n’est pas au pouvoir de la souffrance physique ou de la douleur individuelle d’usurper sur l’esprit »

là encore affirmation qui semble scandaleuse de nos jours, mais dont une démonstration a été donnée par Brunschvicg lui même dans les dernières années de sa vie, de 1940 à 1944, passées dans la clandestinité :

https://meditationesdeprimaphilosophia.wordpress.com/le-destin-dun-philosophe-sous-loccupation/

et aussi par des philosophes comme Lavelle qui ont affronté dignement les horreurs de la guerre de 14-18 (sans cependant aimer « notre mère la guerre » comme Ernst Jünger).

« Rien ne peut interdire à l’intelligence de rencontrer dans le monde uniquement ce qui est fait pour elle, la loi d’où naît la vérité. Il n’y a pas d’évènement quelqu’inattendu qu’il soit , quelque contraire à nos tendances personnelles, qui ne serve à enrichir le domaine de notre connaissance.

Nous n’avons à redouter d’autre ennemi que l’erreur; et l’erreur, si nous savons l’avouer avec sincérité et nous en délivrer scrupuleusement, ne fait qu’augmenter le prix de la vérité définitvement possédée.

Rien ne peut empêcher la volonté de rencontrer dans le monde uniquement ce qu’elle cherche, l’occasion de se dévouer à l’intérêt supérieur de l’humanité; elle n’a rien  à craindre, hors ses propres défaillances. »

se dévouer à l’intérêt supérieur de l’humanité, ce n’est pas déclencher l’intervention militaire de l’OTAN contre un dictateur monstrueux (certes !) mais avec les retombées que l’on voit actuellement en Lybie (les islamistes, les armes partout, la Shari’a, les menaces de guerre civile).

C’est plutôt participer à la recherche de la vérité, par exemple en travaillant à la théorie des topoi…

« Les obstacles qu’on dresse devant nous, les haines qui nous sont manifestées, ne servent qu’à purifier et à approfondir notre amour des hommes »

Brunschvicg faisait sans doute allusion, en parlant de ces « haines », à l’affaire Dreyfus, encore toute « fraîche » en 1900. Il ne pouvait pas savoir qu’il devrait affronter ces mêmes haines en 1940 avec l’arrivées des nazis, et qu’il serait chassé de son bel appartement parisien, que sa belle bibliothèque serait pillée…

« Une fois que nous avons rempli l’univers de notre esprit.. »

(à la fin des temps, qui par définition ne se situe pas dans le temps historique)

« il est incapable de nous rien renvoyer si ce n’est la joie et le progrès de l’esprit.

Et dés lors, ce que nous avons dit de l’univers, il faut le dire aussi de la vie.

La vie est bonne absolument bonne, du moment que nous avons su l’élever au dessus de toute atteinte, au dessus de la fragilité, au dessus de la mort.

La vraie religion est le renoncement à la mort;

elle fait que rien ne passe et rien ne meurt pour nous, pas même ceux que nous aimons; car de toute chose, de tout être qui apparaît et qui semble disparaître, elle dégage l’idéal d’unité et de perfection spirituelle, et pour toujours elle lui donne un asile dans notre âme »

Gabriel Marcel ne prenait pas au sérieux ces lignes, lors d’un colloque où Brunschvicg lui avait suggéré que « Mr Brunschvicg accorde sans doute beaucoup moins d’importance à sa propre mort que Mr Gabriel Marcel », il avait répondu du tac au tac :

« et la mort de Mme Brunschvicg ? »

Il est facile de se méprendre sur le sens de ces phrases.

Le fait que « rien ne passe, de ce qui semble disparaître  » ne doit pas être conçu comme une survie « après » la mort comme dans les religions populaires.

Dégager l’idéal d’unité et de perfection spirituelle, c’est tout simplement accéder à la « pensée selon l’un », qui n’est pas « naturelle », aussi cela réclame un effort gigantesque !

J’ai moi même été confronté, de juin 2008 à novembre 2011, au déclin et au décès de mon père, dont je me suis occupé jusqu’à la fin.

Je comprends maintenant que si je crois avoir compris ces lignes, alors je n’y ai rien compris.

Oui, j’ai été confronté directement, sans bouclier, sans intermédiaire « religieux ou culturel » à l’indicible, au temps « qui gagne comme le feu dans l’herbe » selon les paroles de Jaccottet dans ce livre qui m’a depuis toujours tellement obsédé:

L’obscurité

http://mathesis.blogg.org/date-2009-12-29-billet-1128011.html

http://mathesis.blogg.org/date-2009-12-30-billet-1128436.html

http://mathesis.blogg.org/date-2009-12-31-billet-1128887.html

et je ne me paierai pas d’illusions : non, je n’ai pas renoncé à la mort parce que je suis encore plongé au beau milieu de la « pensée selon l’être », otage du temps qui nous précipite vers le néant, et dont Sartre donne une image saisissante, celle d’un train qui fonce dans la nuit sans que personne ne puisse le freiner, à la fin de « La mort dans l’âme », dernier roman de sa trilogie « Les chemins de la liberté ».

Lors de l’enterrement de mon père, alors que nous étions tous en rang devant le caveau ouvert où étaient les cercueils de la « famille », celui de ma mère notamment, j’ai pu assister à ce qu’est le délire de la religion populaire, sous sa forme islamique.

Une personne qui m’est très proche est marié à une musulmane, et comme nous étions tous penchés sue le caveau, sur le néant, elle « réconfortait »  son mari, et pensait elle moi même, en lui faisant part de ce qu’elle « voyait » derrière l’étoffe de la réalité prosaîque :

« sa femme, votre mère est là qui l’attend, ils sont de nouveau ensemble pour l’éternité, une éternité de joie au paradis »

etc..etc.. on connaît la chanson !

non, je n’ai pas renoncé à la mort mais je refuse de me conforter de pieuses illusions: l’asile dont parle Brunschvicg, il n’est pas un prétendu « paradis après la mort », il est notre âme remémorante !

et je suis persuadé que mon père est plutôt dans ces « souvenirs » que je garde de lui, ceux qui sont dignes d’être conservés, car ils se rapprochent de « cet idéal d’unité et de perfection spirituelle », dont le dernier que je garde est le plus bouleversant, c’était à l’hopital, quelques jours avant la fin…je trouvai mon père les cheveux en désordre, personne ne s’en était soucié avant ma venue, mais je savais qu’il n’aimait pas être ainsi décoiffé.

 aussi trouvai je un peigne, et lui arrangeai les cheveux…

il ne pouvait plus parler, mais le regard de remerciement et de joie qu’il m’adressa ne pouvait pas être trompeur : avec ce geste si simple, j’ en ai plus fait pour le réconforter que tout ce que j’avais fait les mois précédents.

Et je sais qu’il est là, d’une présence spirituelle, dans ce simple souvenir; la présence physique, en face à face, incarnée, n’est souvent qu’une absence , un dialogue de sourds !

mais je termine avec la fin du livre de Brunschvicg :

« alors, vivant dans notre idéal, et nous en entretenant avec nous mêmes, nous connaissons le sentiment de sécurité profonde, et de repos intime qui est l’essence du sentiment religieux, et qui n’est autre que la pureté absolue de l’esprit »

ces mots m’évoquent irrésistiblement les vers de Gottfried Benn que j’ai recopiés ici :

https://meditationesdeprimaphilosophia.wordpress.com/2012/04/18/un-hymne/

 »

« déblayer les taupinières

quand les nains veulent se grandir,

se mettre à table avec soi-même

indivisible

et pouvoir faire aussi cadeau de la victoire »

et je ne puis que conclure avec lui :

un hymne à un tel homme