Simone Weil et la mathématique (suite): la sphère et la croix

Henosophia Τοποσοφια οντοποσοφια μαθεσις uni√ersalis ενοσοφια

suite de :

https://mathesisuniversalis.wordpress.com/2015/06/03/simone-weil-et-la-mathematique/

à propos de la note si dense et si belle de Laurent Lafforgue:

http://www.ihes.fr/~lafforgue/textes/SimoneWeilMathematique.pdf

Voici un lien sur « l’exercice d’admiration » de Laurent Lafforgue envers Simone Weil :

http://porte-cierge.blogspot.fr/2012/11/lafforgue-et-simone-weil.html

et voici un lien sur un texte peu lu de Simone Weil : « Commentaires de textes pythagoriciens » :

http://lescorpscelestes.fr/simone-weil-commentaire-textes-pythagoriciens/

Lorsque Simone Weil appelle, au début des années 40, à une sorte d’ascèse de la connaissance en remettant brutalement en question le bien-fondé de l’accumulation des savoirs, elle ne suit pas seulement Pascal et sa critique de la libido sciendi, mais aussi Brunschvicg et son appel à une nécessaire « cure d’amaigrissement » de l’esprit. Malgré leur opposition, l’enseignement du Maître ne pouvait pas ne pas infliencer même à son insu le développement philosophique de Simone Weil.

Elle s’oppose aussi à l’esprit d’encyclopédie, entassement de connaissances non unifiées, comme le fait la mathesis universalis en tant que savoir absolu, vision panoramique…

View original post 3 617 mots de plus

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s