Du couple immanence-transcendance chez Brunschvicg et Deleuze à la philosophie de Michel Henry

Henosophia TOPOSOPHIA μαθεσις uni√ersalis τοποσοφια MATHESIS οντοποσοφια ενοσοφια

https://www.cairn.info/revue-philosophique-2001-3-page-305.htm

 » cette signification ultIncontestablement, la pensée de M. Henry nous met en présence de deux phénoménalités irréductibles l’une à l’autre. La première de ces phénoménalités est la transcendance, soit une affection par le monde : « Sa structure est l’intentionnalité, la structure en laquelle elle consiste est l’extériorité transcendantale dont elle assure le déploiement. » [1][1]  « Philosophie et subjectivité », in Encyclopédie philosophique… La seconde est l’immanence, soit « une auto-affection » : « La phénoménalité en laquelle elle consiste est l’affectivité transcendantale, le pouvoir de s’autosentir, identique à l’essence originelle de la subjectivité et qui fait d’elle la Vie. En tant qu’elle se révèle à elle-même dans l’auto-affection de son affectivité, la subjectivité n’est pas seulement la vie, elle est par principe individuelle et singulière, étant l’ipséité comme telle. » [2][2]  Ibid. Ces deux phénoménalités s’opposent quant à leurs propriétés, l’une se définissant finalement par son caractère a posteriori, de l’ordre du constitué (dont…

View original post 831 mots de plus

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s