Oecuménopolis: les monologues témoins 193

jjsc dans le désert

Il ne tient qu’à nous de diriger notre esprit exactement où nous attendons qu’il soit.

Restons entiers : la violence est une fracture qui nous secoue du dedans ; restons entiers en tout temps et préservons nos imaginations loin de tout désire obscène de vengeance, de meurtre ou de rancune. Et ainsi, de mille combats, nous remporterons mille victoires sans même devoir entrer en lutte ; et de mille offenses commises contre moi, mille fois je rirai, franc et soulagé.

Restons entiers : notre seul adversaire ne sera jamais que la fracture, le désire de fracture, l’habitude jusqu’à l’attachement de la fracture. Restons tout entiers concentrés, indivisibles, sur l’objet de nos Volontés, l’objet de nos enthousiasmes, l’objet de nos sourires : à l’écart des divertissements, des divisions et des séparations.

Juan José Sixto Canosa, 2016

View original post

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s