Oecuménopolis: les onologues témoins 196

jjsc dans le désert

Par mégarde, nous avons pris peur et par peur nous avons fermé les yeux puis nous avons reculé. En reculant, nous avons, aveugles victimes ensanglantées sur la route de l’abattoir, trébuché. Mais nous nous sommes aujourd’hui redressés et nos projections, nos imaginations ainsi que nos bienveillances dessinent une voie de sortie hors de ce jeu infâme.

Marchons donc le cœur léger.

Juan José Sixto Canosa, 2016

View original post

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s