Oecuménopolis: les monologues témoins 198

jjsc dans le désert

Fondamentalement, l’Humain n’est pas un loup ni un bourreau pour ses semblables : le vice et la lâcheté, la paresse et l’habitude transforment l’Humain pour en faire un assassin.

L’essence de l’Humain est d’abord de s’adapter ; ce que les fantômes hybrides combattent par le désir de contrôler.

Aucun contrat social, aucun accord, aucune entente, ne seraient possibles si en chacun de nous il n’existait pas, par Principe, l’envie de s’accorder et de s’entendre. Et c’est sur ce Principe qu’Oecuménopolis s’est bâtie : corrompant nos envies, détournant nos appétits : par la peur, la paresse et la malice. Le combat fait rage et la première règle de ce jeu est ne pas l’oublier.

Le désir de domination est né de la lâcheté face au changement, né de l’attachement aux choses du présent qui comblent nos passions et atténuent la souffrance de nos apparences, de nos sens et de nos projections : et le désir de…

View original post 18 mots de plus

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s