Archives quotidiennes :

Maurice Chappaz – Le Seigneur a créé quelqu’un qui n’existe pas (1966)

BEAUTY WILL SAVE THE WORLD

Maurice ChappazQue les mensonges qui me constituent
fusent hors de mon corps,
hors de mon esprit.
Je vais cueillir Ta réponse
dans ma chambre noire
comme une dure étoile,
comme une fleur de marécage.
Donne-moi de naître
une fois à moi-même, selon la vérité.
L’immense rien qui est en moi
soupire, attend.
Toute ma douceur est dans une miette d’ombre.

***

Maurice Chappaz (Lausanne, Suisse 1916-2009)Office des morts (1966)

Voir l’article original

Le Verbe mathématique est bien le Verbe intérieur propre à élever l’âme humaine au plan spirituel, ordre de l’Esprit

Autrement qu'être Mathesis uni∜ersalis Problema Universale Heidegger/Husserl être/conscience : plan vital-ontologique vs plan spirituel d'immanence CLAVIS UNIVERSALIS HENOSOPHIA PANSOPHIA ενοσοφια μαθεσις

Cette citation de Brunschvicg, extraite de l’introduction à « Humanisme de l’Occident » est lumineuse:

http://classiques.uqac.ca/classiques/brunschvicg_leon/ecrits_philosophiques_t1/ecrits_philosophiques_t1_intro.html

« Le langage mathématique, qui pouvait d’abord sembler si abstrait, pour ne pas dire si étrange, en face des aspects infiniment variés de la nature, est pourtant le seul dans lequel nous savons qu’elle accepte de répondre effectivement aux questions qui lui sont posées, le seul donc par quoi l’homme, acquérant la dignité de vérité, soit assuré de s’élever, par delà l’ordre de la matière et l’ordre de la vie, jusqu’à l’ordre de l’esprit »
C’est donc bien là la signification profonde de l’observation de Galilée dont je parlais à l’article précédent: » la Nature est un Livre écrit en langage mathématique ».

Quelques lignes plus haut, Brunschvicg oppose ce langage du plan spirituel, propre à la seule spontanéité de l’intelligence, aux langages du plan vital dupes des apparences adjointes par l’animalité des instincts et des passions:

« 

Voir l’article original 195 mots de plus

La dualité du Verbe chez les Stoïciens et la dualité de l’Ouvert

Henosophia TOPOSOPHIA μαθεσις uni√ersalis τοποσοφια MATHESIS οντοποσοφια ενοσοφια

Brunschvicg rappelle souvent, pour en faire un usage philosophique, la dualité stoïcienne du Verbe intérieur et du Verbe extérieur ‘ par exemple ici, à la fin de l’Introduction au ̶…

Source : La dualité du Verbe chez les Stoïciens et la dualité de l’Ouvert

Voir l’article original

La thèse de Max Tegmark « Our mathematical Universe » devient si claire dans le cadre de l’Ouvert

Autrement qu'être Mathesis uni∜ersalis Problema Universale Heidegger/Husserl être/conscience : plan vital-ontologique vs plan spirituel d'immanence CLAVIS UNIVERSALIS HENOSOPHIA PANSOPHIA ενοσοφια μαθεσις

https://meditationesdeprimaphilosophia.wordpress.com/2016/03/02/our-mathematical-universe-de-max-tegmark-un-platonisme-pythagorisme-extreme/

Une thèse qui affirme que l’Univers n’est rien d’autre qu’une structure mathématique (encore inconnue à ce jour)
C’est vrai mais uniquement sur le plan spirituel-transcendantal, le monde des idées . Mais par sur le plan vital …cet arbre que je vois au loin il existe bel et bien, au sens du plan vital, et l’idée que j’en ai existe en un sens différent , au sens du mot « exister » qui est celui du plan spirituel . A condition que ce soit réellement une idée que j’ai de cet arbre, et non pas la pure sensation de cet arbre, ou bien mes souvenirs personnels qui y sont liés : c’est là qu’il y a longtemps j’ai embrassé Marie Hélène , pour la première fois, et nous avons gravé deux cœurs avec nos prénoms en signe de notre amour éternel , avant de nous perdre de vue trois semaines apres à…

Voir l’article original 291 mots de plus

Badiou’s Numbers :a critique of mathematics as ontology

Henosophia TOPOSOPHIA μαθεσις uni√ersalis τοποσοφια MATHESIS οντοποσοφια ενοσοφια

Un texte critique qui se place surtout du point de vue mathématique : Ricardo Nirenberg le fils, est un mathématicien à la retraite et David Nirenberg le père est professeur d’histoire médiév…

Source : Badiou’s Numbers :a critique of mathematics as ontology

Voir l’article original