La littérature à vif (le cas Houellebecq), un essai d’Olivier Bardolle

Houellebecq au milieu des gouffres humains

La littérature à vif (le cas Houellebecq), un essai d'Olivier Bardolle.

Olivier Bardolle, dans son essai La littérature à vif (le cas Houellebecq), suggère que Michel Houellebecq est le seul écrivain « lisible » depuis Proust et Céline. Il parvient, dans son analyse, à faire ressortir des éléments qui alimentent la réflexion sur la totalité de l’œuvre houellebecquienne, en se penchant sur le désir de Houellebecq de creuser vers le vrai, de « montrer le monde tel qu’il est, hélas » (LCH : 60), d’« épingler l’animal humain sans chichis, sans ménagements, [d’] asséner avec force précision, [de] ne pas faire de cadeaux » (LCH : 67), et les enjeux d’un style plat, hostile et asséché. Malheureusement, cette analyse stimulante et prometteuse est par trop mince pour laisser réellement satisfait. Une vingtaine de pages disséminées dans l’essai sont consacrées à l’écrivain, confinant le lecteur en reste dans une antichambre bien mise de l’œuvre houellebecquienne.

Olivier Bardolle, La littérature (le cas…

View original post 24 mots de plus

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s