Jean-Pierre Melville : « deux hommes dans Manhattan » (1959)

Extraordinaire! Là encore la déchéance de l’ancien héros de la Résistance, Fevre-Berthier à cause de la tendance propre au plan vital à devenir une « planche glissante » ( sexe, aventures, maîtresses …), le moment où son panégyrique est prononcé devant son cadavre par quelqu’un qui l’a bien  connu est bouleversant.
https://fr.m.wikipedia.org/wiki/Deux_hommes_dans_Manhattan
Autre personnage fascinant , Delmas  le photographe de « presse » (une presse assez spéciale) alcoolique joué par Pierre Grasset ,  un salaud intéressé uniquement par l’argent , qui ne « respecte rien » et qui , touché par la détresse de la fille du mort, renonce librement  aux photos sensationnelles du cadavre qu’il avait prises en les jetant à l’égoût, dans un grand éclat de rire…

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s