James Joyce : les morts

Autrement qu'être Mathesis uni∜ersalis Problema Universale Heidegger/Husserl être/conscience : plan vital-ontologique vs plan spirituel d'immanence CLAVIS UNIVERSALIS HENOSOPHIA PANSOPHIA ενοσοφια μαθεσις

C’est la dernière nouvelle du recueil « Gens de Dublin », qui est ici:

http://gaogoa.free.fr/HTML/Noeudrondlogie/Joyce/joyce_gens_de_dublin.pdf#page201

(« Les morts » va de la Page 201 à 262)

Voici un article de blog sur « Gens de Dublin »:

https://c4infinity.wordpress.com/2011/03/23/james-joyce-dubliners-«-les-gens-de-dublin-»-partie-2-le-recueil-de-nouvelle/

qui dit ceci , que j’approuve, sur les dernières lignes de cette nouvelle « Les morts »:

« Ce dernier paragraphe durant lequel Gabriel laisse son esprit parcourir le passé, l’avenir, les regrets, les amertumes, est l’un des moments intense de la littérature humaine. Il complète le chant de tante Julia et s’harmonise avec la tristesse du chant « the lass of Anghin ».Jamais passage n’a suscité autant d’émotion.
Tout le corps de la nouvelle n’est la que pour cette ultime plainte.
 »

Le texte, admirable, de ces dernières lignes de la nouvelle est ici:

http://jeromevidal.blogspot.fr/2007/07/james-joyce-les-morts-extrait.html

« Il n’avait lui-même jamais éprouvé rien de tel à l’égard d’une femme, mais il savait qu’un tel sentiment devait être l’amour. Ses larmes…

View original post 241 mots de plus

Publicités