Alain Resnais : Je t’aime je t’aime (1968)

Autrement qu'être Mathesis uni∜ersalis Problema Universale Heidegger/Husserl être/conscience : plan vital-ontologique vs plan spirituel d'immanence CLAVIS UNIVERSALIS HENOSOPHIA PANSOPHIA ενοσοφια μαθεσις

https://fr.m.wikipedia.org/wiki/Je_t’aime,_je_t’aime

Un film qui n’a pas eu le succès qu’il mérite à cause des événements de Mai 68, mais qui est selon certains (dont moi) le plus grand de Resnais, à voir ici:

https://ok.ru/videoembed/252506475218

Je parlais dans l’article précédent de la perfection formelle de « L’année dernière à Marienbad » et de la fascination qu’elle exerce sur la conscience du spectateur, mais qu’est elle face au trouble ressenti devant cette tragédie intime que raconte cette histoire aux aspects de science fiction, comme « L’invention de Morel » d’ailleurs. Ce qui est raconté là sous les dehors du « voyage dans le passé » c’est un Amour non seulement impossible mais destructeur pour ce couple: Claude Ridder (joué par Claude Rich) ne peut ni vivre avec Catrine ni sans elle et se suicide . Le retour dans le passé ne peut que finir absorbé dans cette sorte de Maelström qui, comme un trou noir, avale toute lumière…

View original post 443 mots de plus

Publicités