Louis Ferdinand Céline : extraits du « Voyage au bout de la nuit  » (1932)

Autrement qu'être Mathesis uni∜ersalis Problema Universale Heidegger/Husserl être/conscience : plan vital-ontologique vs plan spirituel d'immanence CLAVIS UNIVERSALIS HENOSOPHIA PANSOPHIA ενοσοφια μαθεσις

J’ai retrouvé par hasard le vieil exemplaire du « Livre de poche » où j’ai lu pour la première fois « Voyage au bout de la nuit » , la couverture représente un homme habillé de blanc (comme un malade d’hôpital, ou un infirmier) les deux mains tendues en avant , dans l’obscurité , au dos du livre figure l’avis de Gaëtan Picon : » l’un des cris les plus farouches, les plus insoutenables que l’homme ait jamais poussé » , on peut trouver le texte sur le web, ici en pdf:

http://www.pourlhistoire.com/docu/voyage-celine.pdf

mais voici là encore un passage significatif de « l’esprit » du livre et du style inimitable, de ces « dialogues hallucinés  » propres à Céline.
Voici d’abord, en apéritif, quelques lignes de la Page 280 (de mon vieil exemplaire) qui sont en quelque sorte l’exacte antithèse de la pensée de Brunschvicg , pas étonnant que Céline lui en ait voulu:

 » le véritable savant met…

View original post 3 112 mots de plus

Publicités