Hermann Broch : la grandeur inconnue

Autrement qu'être Mathesis uni∜ersalis Problema Universale Heidegger/Husserl être/conscience : plan vital-ontologique vs plan spirituel d'immanence CLAVIS UNIVERSALIS HENOSOPHIA PANSOPHIA ενοσοφια μαθεσις

C’est le premier roman de Broch , datant de 1933, moins connu que des œuvres célèbres comme « Le tentateur » ou « les somnambules »: le personnage central en est un mathématicien, Richard Hieck, qui a de nombreux traits communs avec le romancier, et en arrive comme celui ci, à la suite d’une expérience amoureuse, à douter de l’instrument logico-mathématique et de sa validité pour saisir la totalité du réel, et à reconnaître, à côté et au dessus, la valeur de l’intuition poétique et mystique, ce que Broch appelle « la connaissance irrationnelle »:

https://anthroposophiephilosophieetscience.wordpress.com/2017/11/21/les-somnambules-dhermann-broch-roman-de-la-connaissance-irrationnelle-et-philosophie-scientifique/

Déjà , le « héros «  de l’Homme sans qualité de Robert Musil est un mathématicien. Le premier poème de Broch porte pour titre « Mystère mathématique »:

« Avec mesure s’ouvrent les porte de l’inconscient
Et, flottant dans l’infini, l’univers s’éloigne.
Je sens le prononcé du jugement;
Étonné, je suis son cours.

Posé sur un concept solitaire,
Abrupt, se dresse un édifice

View original post 901 mots de plus

Publicités