« Voyage en Italie » de Roberto Rossellini (1954); Existence positive et existence négative : être et « autrement qu’être »: Dieu- Idée , l’Un n’est pas

Autrement qu'être Mathesis uni∜ersalis Problema Universale Heidegger/Husserl être/conscience : plan vital-ontologique vs plan spirituel d'immanence CLAVIS UNIVERSALIS HENOSOPHIA PANSOPHIA ενοσοφια μαθεσις

Commençons par ce film extraordinaire de Robert Rossellini en 1954: « Voyage en Italie » qui est ici en vostfr (Openload)

http://sokrostream.tv/films/voyage-en-italie-79406.html

La scène centrale en est le « moulage » des vides laissés par les corps sous la terre à Pompéi, à 1h 07 minutes environ. Il ne s’agit pas de cadavres ou de « restes », mais de vides laisse s par les corps désintégrés dans lesquels on verse du plâtre qui « moule » la forme (le vide) sous la terre : la forme apparaît alors grâce au moulage, telle que celle de l’individu surpris par la mort lors de la catastrophe en 79 après JC. Ici ce sont deux formes qui apparaissent, celle d’un homme et d’une femme saisis ensemble par la mort, sans doute mari et femme. A ces mots Katherine (Ingrid Bergman) éclate en sanglots et se sent mal. Juste avant la scène elle s’est disputée avec son mari (George Sanders) et…

Voir l’article original 1 380 mots de plus