Quelques réflexions sur le film « Interstellar »

Autrement qu'être Mathesis uni∜ersalis Problema Universale Heidegger/Husserl être/conscience : plan vital-ontologique vs plan spirituel d'immanence CLAVIS UNIVERSALIS HENOSOPHIA PANSOPHIA ενοσοφια μαθεσις

Le film est ici :

https://anthroposophiephilosophieetscience.wordpress.com/2018/05/12/christopher-nolan-interstellar-2014-vf/

Le physicien Kip Thorne a participé au projet , il est l’auteur avec Morris d’un article scientifique sur les trous de vers (notion de science fiction) et la Relativité générale :

https://hottandphilosophy.wordpress.com/2018/05/12/morris-thorne-wormholes-and-their-use-in-interstellar-travel/

Le scénario du film est sous tendu par plusieurs dualités dont la plus évidente est celle entre la Terre, le plan vital, qui se meurt , et le ciel, l’exploration spatiale, qui donne vraiment son sens à la vie des humains, à celle de Cooper en tout cas. Cooper persifle à un moment les « intellos » comme Amélia Brand, mais ce sont les travaux des physiciens qui permettent le voyage spatial.

Une autre dualité est évoquée à 1h 28 par Amélia Brand, c’est celle inhérente à l’Amour (« Maître des cieux » dans la divine comédie de Dante ) comme dimension cosmique qui transcende le temps et l’espace, mais elle joue sur une ambiguïté entre…

Voir l’article original 717 mots de plus

Publicités