Voyage au bout de la nuit : attentat de Louis Ferdinand Céline contre l’Amour

Autrement qu'être Mathesis uni∜ersalis Problema Universale Heidegger/Husserl être/conscience : plan vital-ontologique vs plan spirituel d'immanence CLAVIS UNIVERSALIS HENOSOPHIA PANSOPHIA ενοσοφια μαθεσις

On peut trouver le livre en pdf ici :

http://www.bouquineux.com/index.php?telecharger=1625&Céline-Voyage_au_bout_de_la_nuit

ou

Nous connaissons tous la fin de ce prodigieux « livre », que je n’ose appeler un « roman »:

»De loin le remorqueur a sifflé; son appel a passé le pont, encore une arche, une autre, l’écluse, un autre pont, loin , plus loin..il appelait vers lui toutes les péniches du fleuve toutes, et la ville entière, et le ciel et la campagne et nous, tout qu’il emmenait, la Seine aussi, tout, qu’on n’en parle plus »

ça c’est la fin, le dernier chapitre, où nous retrouvons Parapine, qui est le thème du dialogue entre Baryton et Ferdinand , Bardamu le narrateur, Céline lui même :

https://anthroposophiephilosophieetscience.wordpress.com/2017/04/14/louis-ferdinand-celine-extraits-du-voyage-au-bout-de-la-nuit-1932/

«Parapine.. voyez vous Ferdinand” me dit il un jour en confidence ” c’est un Russe!…

Parapine n’est ce pas Ferdinand c’est un garçon que je trouve tout à fait…

Voir l’article original 5 794 mots de plus