Archives du mot-clé Stanley Kubrick

Vidéo-choc : Hillary Clinton est un danger pour l’humanité : une folle, et une toxicomane incapable de diriger les USA

Qu’arrivera t’il si cet Hitler en jupons, affectée régulièrement de crises de rage d’une violence inimaginable, met la main sur l’armement nucléaire américain?

http://ripostelaique.com/la-video-choc-qui-prouve-quhillary-clinton-est-une-folle.html

(Toutes les vidéos suivantes 3 à 6 de ce film qu’il est bon de revoir de temps en temps sur la même page Dailymotion des vidéos 1 et 2 :

http://www.dailymotion.com/video/x1ca0ss_dr-folamour_school )

image

image

image

image

Former US Secretary of State and Senator from New York  Hillary Clinton attends a campaign rally for  New York Governor Andrew Cuomo and running mate Kathy Hochul  in New York, New York, USA, 23 October 2014. The US will be holding midterm election on 04 November 2014.  ANSA/ANDREW GOMBERT

Former US Secretary of State and Senator from New York Hillary Clinton attends a campaign rally for New York Governor Andrew Cuomo and running mate Kathy Hochul in New York, New York, USA, 23 October 2014. The US will be holding midterm election on 04 November 2014. ANSA/ANDREW GOMBERT

image

Publicités

« Fear and desire  » (1953) l’apocalypse à bas bruit de Stanley Kubrick 

https://horreurislamique.wordpress.com/2015/11/18/apocalypse-du-desir-la-peur-et-le-desir-comme-essence-du-plan-vital-fear-and-desire-1953-de-stanley-kubrick/

Les films de Kubrick présentent une intéressante galerie de psychopathes :

http://www.gordonbanks.com/gordon/pubs/kubricks.html

dont les plus célèbres sont les généraux Jack Ripper (inspiré par curtis Le May) et Turgidson dans « Docteur Folamour » (Folamour le savant fou est plus qu’un psychopathe, il est un calculateur qui a tout perdu sauf la faculté de calculer) ainsi que le sergent instructeur dans « Full metal Jacket ».

Cela signifie que le génial Kubrick ne voit pas d’autre issue aux apories de l’existence humaine emprisonnée dans le plan vital que la folie de ces psychopathes (une folie qui ne les expose pas à être enfermés) en particulier il n’admet pas la voie philosophique de Spinoza dans le « Traité de la réforme de l’entendement » pour dépasser le plan vital et accéder au plan spirituel ….au fond Kubrick le génie est un obscurantiste ..ce qui se vérifie dans « 2001 Odyssée de l’espace » ou il réintroduit la transcendance dans le roman de départ avec les mystérieux « rectangles noirs » et encore plus dans son dernier film « Eyes wide shut » où il abandonne ses personnages soumis à l’autorité sans frein du sexe, comme il est normal dans le « plan vital » d’ailleurs puisque celui ci est le domaine de la génération et donc de la mort …chez kubrick on ne se libère de la prison du « plan vital » que par la folie furieuse d’un général  Jack Ripper (Sterling Hayden) qui envoie son escadrille de B52 attaquer la Russie, puis qui se suicide en disant  » j’ai ma conscience pour moi je n’ai pas peur de l’au delà » dans son cabinet de toilettes pour fuir l’interrogatoire avec torture prévisible afin de le forcer à livrer le code secret de rappel des B52 , code qui est « OPE » anagramme de « POE » =  » Purity On Earth »

Le film entier « Docteur Folamour » en anglais non sous titré

http://www.veoh.com/watch/v19483133d9a7jQka

Eyes wide shut(scène célèbre)  :

Qunat aux thèses de « messages cachés » et d’allusions aux « sociétés secrètes » chez Kubrick, cela ne m’intéresse pas …par contre je me demande comment il aurait traité le problème des terroristes jihadistes contemporains , s’il en aurait introduit parmi ses psychopathes ( il voulait depuis longtemps faire un film sur la Shoah paraît il, mais n’en a jamais eu le courage) ..après tout peut être les aurait il jugés trop médiocres avec leur obsession de partouzer avec 72 vierges célestes et quelques éphèbes   (  cf sourate 56)

 

 

géhéral Curtis Le May :

 

« Melmoth réconcilié » de Balzac: le plan vital et sa finitude dévoilés

J’ai recopié ici les passages les plus significatifs et les plus admirables de ce conte fantastique de Balzac: « Melmoth réconcilié »

https://meditationesdeprimaphilosophia.wordpress.com/jaurai-donc-euphrasie-dit-le-clerc-balzac-melmoth-reconcilie/

Balzac a écrit cette histoire en s’inspirant de l’œuvre de Charles Maturin:

https://fr.m.wikipedia.org/wiki/Melmoth_réconcilié

Pourquoi Melmoth est il errant, et pourquoi est il associé au mythe du « juif errant » ?
Parce que l’errance est exprimée par l’Histoire dite « Sainte » qui raconte l’errance d’Israel au désert après la sortie d’Egypte : la Terre Sainte symbolise le plan spirituel, le désert symbolisé l’ascèse libératrice, et l’Egypte le plan vital et son esclavage. Seulement il arrive que l’ascèse ne soit pas libératrice, et se poursuive indéfiniment.
Car le plan vital est certes fini, alors que le plan des Idées est Un et Infini, d’où sa formule:

1 = ∞

mais il est fini sur le mode de l’indéfini : on peut toujours varier les plaisirs, si je n’aime plus les blondes (les bières je veux dire) je peux essayer les brunes ou les rousses, « quand c’est fini et ni ni ni ça recommence » comme dit la chanson…et c’est aussi ce que répond Brando à Maria Schneider qui lui dit : »c’est fini » à la fin du « Dernier tango à Paris », film sur l’errance d’un américain à Paris, mais sur un tout autre registre que la comédie musicale de Minnelli « Un américain à Paris » vingt ans plus tôt (et Kubrick se moque lui aussi de cette comédie musicale dans « Orange mécanique » en filmant le viol d’une femme par Alex aux accents de « I’m singing in the rain »)

Comme le précise la page Wikipedia sur « Melmoth », cette histoire de pacte avec le diable est proche de celle de Faust, ainsi qu’avec le mythe du « juif errant ».
Le thème faustien est quand même bien plus riche en harmoniques diverses, jusqu’à devenir le symbole du déclin de l’Occident selon Spengler.La tentation faustienne est celle de la science qui recherche la seule puissance au lieu de la sagesse (ce qui était l’objectif de la science bonne et morale du 17ème siècle, non encore séparée de la philosophie). Il existe un livre à ce sujet de Michel Faucheux:

« La tentation de Faust ou la science dévoyée »

qui est en lecture partielle sur Google:

https://books.google.fr/books?id=nGkHaAvo0uYC&pg=PT9&lpg=PT9&dq=faust+science+dévoyée&source=bl&ots=45iavEnIut&sig=WCEzfmn-Cg1AiXApWk0yfqUWP4U&hl=fr&sa=X&ved=0CCkQ6AEwA2oVChMIlpO3l4CcxwIViesUCh2URgH5#v=onepage&q=faust%20science%20dévoyée&f=false

Pour ma part, et je ne suis pas le seul, j’interprète Faust, en tout cas le personnage originel, comme un prédécesseur des scientifiques du 17 eme siècle qui, déçu par la magie et autre pseudo-sciences, se tourne vers l’exploration du réel par la science ou ce qui en était le stade initial, mais conservant une tour d’esprit magique il se met à viser la puissance et non la connaissance.

Après, chez des créateurs comme Goethe la légende se complexifie…

Alexandre Sokurov a réalisé un grand film là dessus, voici le lien pour le voir mais en allemand non sous-titré:

https://ledocteurfaustus.wordpress.com/2015/04/16/faust-daleksandr-sokourov/

Mais revenons à Melmoth et à Balzac, on trouve des notations tout à fait réjouissantes sur la Bourse (de nos jours, Castanier serait trader, et il ne chercherait plus sa maîtresse ruineuse Aquilina à Paris mais en Thaïlande où il se rendrait dans son jet privé lorsqu’il aurait envie d’un peu de « distraction »):

« Il est un endroit où l’on cote ce que valent les rois, où l’on soupèse les peuples, où l’on juge les systèmes, où les gouvernements sont rapportés à la mesure de l’écu de cent sous, où les idées, les croyances sont chiffrées, où tout s’escompte, où Dieu même emprunte et donne en garantie ses revenus d’âmes, car le pape y a son compte courant. Si je puis trouver une âme à négocier, n’est-ce pas là ?
Castanier alla joyeux à la Bourse, en pensant qu’il pourrait trafiquer d’une âme comme on y commerce des fonds publics.
 »

La « part de paradis » que perdent ceux qui passent contrat avec le Diable désigne évidemment le plan spirituel, ou ordre de l’esprit, par opposition au plan vital, ordre de la chair, il m’est impossible de savoir si Balzac croyait réellement à l’au delà sous la forme non philosophique:

« Parlez plus bas, répondit le caissier ; si je vous proposais une affaire où vous pourriez ramasser autant d’or que vous en voudriez…
— Elle ne paierait pas mes dettes, car je ne connais pas d’affaire qui ne veuille un temps de cuisson.
— Je connais une affaire qui vous les ferait payer en un moment, reprit Castanier mais qui vous obligerait à…
— A quoi ?
— A vendre votre part du paradis. N’est-ce pas une affaire comme une autre ? Nous sommes tous actionnaires dans la grande entreprise de l’éternité.
 »

La grande entreprise de l’éternité c’est l’histoire humaine (seul primate à avoir potentiellement une autre histoire que la répétition des cycles de la reproduction et des générations).

Mais bien sûr l’autre grand symbole du plan vital (à part l’argent qui est brassé en Bourse) c’est le sexe, qui assure le renouvellement des générations, d’ailleurs dans « A bout de souffle » de Godard le romancier Parvulesco joué par Jean-Pierre Melville dit lors de son interview à Orly à propos de ce que veulent les gens : « pour les hommes, les femmes, et pour les femmes : l’argent ».
Aussi ce passage qui donne le clap de fin est il le somment de la nouvelle de Balzac, et sans doute un sommet de la littérature universelle:

« Que faire pour avoir dix mille francs ? se disait-il, prendre la somme que je dois porter à l’enregistrement pour cet acte de vente. Mon Dieu ! mon emprunt ruinera-t-il l’acquéreur, un homme sept fois millionnaire ? Eh ! bien, demain, j’irai me jeter à ses pieds, je lui dirai : « Monsieur, je vous ai pris dix mille francs, j’ai vingt-deux ans, et j’aime Euphrasie, voilà mon histoire. Mon père est riche, il vous remboursera, ne me perdez pas ! N’avez-vous pas eu vingt-deux ans et une rage d’amour ? » Mais ces fichus propriétaires, ça n’a pas d’âme ! Il est capable de me dénoncer au procureur du roi, au lieu de s’attendrir. Sacredieu ! si l’on pouvait vendre son âme au diable ! Mais il n’y a ni Dieu ni diable, c’est des bêtises, ça ne se voit que dans les livres bleus ou chez les vieilles femmes. Que faire ?

— Si vous voulez vendre votre âme au diable, lui dit le peintre en bâtiment devant qui le clerc avait laissé échapper quelques paroles, vous aurez dix mille francs.

— J’aurai donc Euphrasie, dit le clerc en topant au marché que lui proposa le diable sous la forme d’un peintre en bâtiment.

Le pacte consommé, l’enragé clerc alla chercher le châle,

monta chez madame Euphrasie ; et, comme il avait le diable au corps, il y resta douze jours sans en sortir en y dépensant tout son paradis, en ne songeant qu’à l’amour et à ses orgies au milieu desquelles se noyait le souvenir de l’enfer et de ses priviléges.

L’énorme puissance conquise par la découverte de l’Irlandais, fils du révérend Maturin, se perdit ainsi.

 »

Tout ça pour ça ? tout ça pour ça !!!

Faudra dire ça aux musulmans qui conçoivent les délices des Jardins d’Allah comme une orgie éternelle avec leurs 72 « Euphrasies ».

L’islam est tout simplement l’introduction (sic!!!) du plan vital dans le plan spirituel

Et cette « introduction » là, aucun lubrifiant ne la fera passer ….

Le pauvre clerc, trop stupide pour refiler la « patate chaude » (qui ressemble fort à un paquet d’actions en chute libre dont il faut à tout prix se débarrasser) paye pour tous les autres, et crève dans un grenier en compagnie de « la stupide déesse Honte »:

« Le treizième jour de ses noces enragées, le pauvre clerc gisait sur son grabat, chez son patron, dans un grenier de la rue Saint-Honoré. La Honte, cette stupide déesse qui n’ose se regarder, s’empara du jeune homme qui devint malade, il voulut se soigner lui-même, et se trompa de dose en prenant une drogue curative due au génie d’un homme bien connu sur les murs de Paris. Le clerc creva donc sous le poids du vif-argent, et son cadavre devint noir comme le dos d’une taupe. Un diable avait certainement passé par là, mais lequel ? Etait-ce Astaroth ?

— Cet estimable jeune homme a été emporté dans la planète de Mercure, dit le premier clerc à un démonologue allemand qui vint prendre des renseignements sur cette affaire.

— Je le croirais volontiers, répondit l’Allemand.

— Ha !

— Oui, monsieur, reprit l’Allemand, cette opinion s’accorde avec les propres paroles de Jacob Boehm, en sa quarante-huitième proposition sur la TRIPLE VIE DE L’HOMME, où il est dit que si Dieu a opéré toutes choses par le FIAT, le FIAT est la secrète matrice qui comprend et saisit la nature que forme l’esprit né de Mercure et de Dieu.

— Vous dites, monsieur ?

L’Allemand répéta sa phrase.

— Nous ne connaissons pas, dirent les clercs.

— Fiat ?… dit un clerc, fiat lux !

— Vous pouvez vous convaincre de la vérité de cette citation, reprit l’Allemand en lisant la phrase dans la page 75 du Traité de la TRIPLE VIE DE L’HOMME imprimé en 1809, chez monsieur Migneret, et traduit par un philosophe, grand admirateur de l’illustre cordonnier.

— Ha ! il était cordonnier, dit le premier clerc. Voyez-vous ça !

— En Prusse ! reprit l’Allemand.

— Travaillait-il pour le roi ? dit un béotien de second clerc.

— Il aurait dû mettre des béquets à ses phrases, dit le troisième clerc.

— Cet homme est pyramidal, s’écria le quatrième clerc en montrant l’Allemand.

Quoiqu’il fût un démonologue de première force, l’étranger ne savait pas quels mauvais diables sont les clercs ; il s’en alla, ne comprenant rien à leurs plaisanteries, et convaincu que ces jeunes gens trouvaient Boehme un génie pyramidal.

— Il y a de l’instruction en France, se dit-il.

Paris, 1835 »

Le plan vital exige la formation de collectivités (familles, tribus, nations…) mais l’accès au plan spirituel ne peut être qu’individuel

Dans le film admirable de Terrence Malick « The thin red line » le sergent joué par Sean Penn réprimande au début un soldat qui avait oublié sa « mission » (tuer les ennemis japonais)en fraternisant avec les indigènes :

http://fr.m.wikipedia.org/wiki/La_Ligne_rouge_(film,_1998)

« Le film commence par des instants de calme qui se déroulent sur une des îles tenue par les Japonais, Guadalcanal. Le soldat Witt est ensuite réprimandé pour y avoir déserté : le sergent Welsh se veut clément, mais estime le soldat inadapté à l’armée et lui affirme que dans ce monde un homme seul n’est rien et qu’il n’y a pas d’autre monde. Le soldat Witt lui prête tort. »

C’est exact pour le plan vital, sensible : un individu isolé et « indépendant » n’y survit pas longtemps, à part certaines exceptions comme les ascètes silencieux de l’Inde (mounis).

Le film « Fear and desire » (1953) de Stanley Kubrick s’achève sur le même constat

https://tractatustoposophicus.wordpress.com/2012/11/15/fear-and-desire-de-stanley-kubrick-un-chef-doeuvre-absolu/

Mais nous savons, c’est en tout cas la thèse qui fonde les recherches entamée ici, qu’il y a la possibilité pour tout être humain qui le veut, de « naître une seconde fois » en accédant à un autre plan, le plan de l’idée et de ce que Spinoza appelle « amor Dei intellectualis », ce que l’Evangile appelle « Royaume des cieux » pour y trouver la « vie éternelle » (éternité qui est tout autre que vie continuée perpétuellement : à la mort l’individu meurt).

Le fragment suivant expose cette thèse mais sous une forme ambiguë empreinte d’une religiosité naïve :

http://fr.m.wikisource.org/wiki/Il_existe_un_autre_monde

L’ambiguïté du film de Terrence Malick réside en ce que le soldat « déserteur » réprimandé par Sean Penn croit trouver cet « autre plan d’existence » (plutôt qu’autre monde) dans la nature encore vierge et sa beauté.

Mais la nature c’est justement le plan vital, c’est justement le monde.

Nature qui, pour ces animaux bien particuliers que sont les humains, et qui ont la possibilité de cesser d’être des être naturels et animaux, et de « renoncer à la mort » , Nature ou plan vital qui est le domaine de la guerre de tous contre tous, et où la simple survie exige que les individus singuliers se regroupent en collectivités en lutte perpétuelle avec d’autres collectivités: pour la terre, l’eau, la nourriture, les ressources, ou le simple prestige.

Constat qui tient en une simple formule bien connue : « l’homme est un animal social ».

Mais l’homme peut devenir autre chose s’il prend conscience du plan spirituel et a le désir véritable, qui implique une ascèse vitale et un travail de réflexion sur les idées, d’y accéder.

Nous savons depuis Descartes que cet accès réclame « une fois au moins dans la vie » de rompre avec tous les préjugés et croyances collectifs, inculqués depuis l’enfance.

Une fait indubitable qui démontre que toutes les « religions » et « cultures », qui sont toutes des particularismes, sont impuissantes à faire accéder les individus humains au plan universel de l’idée et de la vérité, plan de l’esprit.

Lors de cet accès, l’universel se confond avec le singulier, mais jamais avec le particulier.

C’est dans les considérations développées ici que se trouve le véritable sens de la laïcité, qui se confond avec la liberté de conscience (c’est à dire la liberté, qui ne se trouve que sur le plan spirituel), et aussi avec le sens du verset évangélique :

« Rendez à César ce qui est à César, et à Dieu ce qui est à Dieu »

César désigne le plan vital, naturel, organisé en collectivités : celles ci ne doivent en aucun cas empêcher les individus de chercher et trouver leur accès au plan spirituel, car c’est. Là le sens de l’existence humaine.

« Dieu » désigne le plan spirituel.

Le plan vital oblige les individus vivants à se regrouper en collectivités, imposant des contraintes importantes, juste pour survivre, mais les sépare en les forçant à se battre pour l’accès aux richesses matérielles.

Seul le plan spirituel rend les individus libres, sans les forcer à se grouper en collectifs, mais en les unissant par l’union universelle d’esprit à esprit