De l’antisémitisme ; pourquoi j’ai changé d’avis sur Israël et condamne maintenant le sionisme

Autrement qu'être Mathesis uni∜ersalis Problema Universale Heidegger/Husserl être/conscience : plan vital-ontologique vs plan spirituel d'immanence CLAVIS UNIVERSALIS HENOSOPHIA PANSOPHIA ενοσοφια μαθεσις

J’avais créé une page « Pourquoi je soutiens Israël de manière inconditionnelle » :
https://meditationesdeprimaphilosophia.wordpress.com/2015/05/10/pourquoi-je-soutiens-israel-de-maniere-inconditionnelle/

mais elle est maintenant inaccessible suite à la disparition de mon blog « Horreur islamique »

J’y expliquais en gros que le peuple juif a été victime d’une haine, l’antisémitisme, d’origine chrétienne en Europe et d’origine islamique en terre d’Islam. Il est donc admissible que les juifs puissent avoir un État , Israël, qui qui prendra leur défense désormais.Ces arguments sont justes, s’agissant du peuple juif actuel, c’est à dire des personnes reconnues comme juives et par elles mêmes et par les autres juifs et par le corps social en général. Mais Israël, celui dont parle la Torah, est il bien un peuple et englobe t’il toutes les personnes répertoriées comme « juives »?
Selon moi : non ! Dans la Torah « Israël « , « celui qui lutte contre Dieu », est d’abord un nom donné à Jacob à la fin de la…

Voir l’article original 1 477 mots de plus

Publicités

Inauguration de l’institut Lévinas à Jérusalem : BHL, Benny Lévy et Alain Finkielkraut

Autrement qu'être Mathesis uni∜ersalis Problema Universale Heidegger/Husserl être/conscience : plan vital-ontologique vs plan spirituel d'immanence CLAVIS UNIVERSALIS HENOSOPHIA PANSOPHIA ενοσοφια μαθεσις

Les trois intervenants se parlent, mais ne se ressemblent pas : BHL est un salaud, qui a mis la Lybie à feu et à sang avec la complicité de Sarkozy, Benny Lévy est un malade mental, ancien leader d’un gang gauchiste sous le nom de Pierre Victor, qui est ensuite revenu à la Torah ( de Mao à Moïse ):

https://fr.m.wikipedia.org/wiki/Benny_Lévy

Et à profité du gâtisme de Sartre vers la fin de sa vie pour faire revenir cet athée à Dieu (une teshouva bizarre et s’apparentant à de la manipulation mentale sur un vieillard gâteux ) , Finkielkraut est un philosophe admirable mais un être humain ayant ses défauts, comme tout le monde, et il a été victime hier d’une agression antisémite honteuse er révoltante.

Mais cette vidéo est précieuse à cause de ce que dit Benny Lévy qui oppose la logique grecque au monothéisme juif (hébreu) qui contient une…

Voir l’article original 499 mots de plus

Jean Zin :Phénoménologie de l’Esprit ; bréviaire hégélien

Mort et esthétique chez Yukio Mishima : parcours d’un dialogue

Projections

Faire de sa vie un vers écrit de sang1

À l’instant où la lame trancha dans les chairs, le disque éclatant du soleil qui montait explosa derrière ses paupières, Chevaux échappés.

Considérer le beau dans sa vertigineuse fulgurance, qui pose irrémédiablement la marque de son éclat à celui dont il frappe les sens, voilà une voie d’accès possible à l’œuvre de Yukio Mishima – une œuvre à la double face esthétique et éthique. Car c’est aussi par un questionnement artistique que celle-ci s’achemine, toujours rappelée par lui, vers ce foyer qu’est la mort. La mort comme seuil de l’ordre de la beauté, principe de libération et révélation de l’être qui me fonde, et d’harmonisation des antagonismes.

Une beauté2 qui serait absolue s’arrache à l’ordre humain que nous partageons. Cette conception s’apparente à l’idée orientale selon laquelle la beauté intègre une part d’ombre, et se goûte dans la…

Voir l’article original 1 155 mots de plus

Olivier Rey, « Qu’aurait pensé Simone Weil de l’encyclique Laudato si’ ? »

Les Amis de Bartleby

version imprimable de qu_aurait pensé simone weil

Olivier Rey

Qu’aurait pensé Simone Weil
de l’encyclique Laudato si’ ?

Cahiers Simone Weil, Association pour l’étude de la pensée de Simone Weil, 2017, Économie, écologie, critique du capitalisme chez Simone Weil, III, XXXX.
(Communication donnée lors du colloque Économie, écologie, critique du capitalisme chez Simone Weil qui s’est tenu les 30-31 octobre et 1er novembre 2015 à Paris.)

Ce titre a pour lui d’être simple dans sa formulation, et contre lui d’être insensé dans ce qu’il propose. Quelle vanité en effet de prétendre dire ce que Simone Weil aurait pensé de l’encyclique publiée en juin dernier par le pape, « sur la sauvegarde de la maison commune » ! Si Simone Weil nous intéresse tant, c’est qu’elle nous découvre des vérités ou des aspects du réel qui sans elle seraient demeurés inaperçus. Très certainement, si elle avait lu l’encyclique, elle en aurait tiré…

Voir l’article original 6 662 mots de plus