Archives du mot-clé Platon

David Ellerman : concrete universals in category theory

Le lien est ici:

http://www.ellerman.org/Davids-Stuff/Maths/Conc-Univ.pdf

J’avais déjà commenté ce travail dans une page distinguant deux universalismes: abstrait ensembliste et concret catégorique:

https://mathesisuniversalis.wordpress.com/universalisme-abstrait-de-la-theorie-des-ensembles-vs-universalisme-concret-de-la-theorie-des-categories/

Revenons y pour tenter de mieux comprendre la notion mathématique de propriété universelle dont nous avons vu combien elle est obscurcie des qu’elle quitte le terrain des pures définitions pour celui de la philosophie.

Un universel concret est un « objet » qui exemplifie une propriété de manière parfaite

Il s’ensuit une relation de participation : un autre objet qui a la propriété en question participe à cet universel concret, et réciproquement s’il participe à l’universel il a la propriété.
Ellerman donne un exemple particulièrement éclairant, mais remarquons que nous sommes obligés pour trouver de tels exemples (toute construction universelle est un tel exemple) de nous adresser à la mathématique.
Car supposons que nous voulions trouver un exemple concret et parfait (un universel concret) de la propriété « être blanc », de la blancheur: c’est impossible (sauf dans la publicité où le linge est toujours parfaitement blanc).
Supposons même que nous l’ayions trouvé : cela dépendra de la subjectivité des témoins, certains trouveront que celui ci est parfaitement blanc, pour d’autres ce sera celui là; il faudra faire venir des physiciens qui définiront un protocole de mesures au niveau quantique, mais réaliseront ils l’accord unanime ? De plus que sera la perfection pour eux? Un maximum dans la mesure ! Mais comment être certain que c’est là un maximum éternel, que ne viendra pas une époque future où ce maximum sera dépassé?
C’est ce qui arrive dans la publicité où telle lessive lave « encore plus blanc » (sous entendu : que les autres, ou que la précédente version de la même), il y en a même qui lavent « plus blanc que blanc » (c’est nouveau, ça vient de sortir)

Nous comprenons ici avec évidence que par la nature même de nos recherches nous sommes obligés de quitter le plan vital, là où il y a des maisons, des arbres, des fleurs…pour le plan des idées (mathématiques).
Car comme on dit:
« 

La perfection n’est pas de ce monde

 »
La perfection appartient au monde des idées (mathématiques) : étendez les idées mathématiques de perfection, c’est à dire les universels concrets, à « TOUT », en enlevant toutes les limites de forme, vous obtenez l’Idee de

PERFECTION ABSOLUE, c’est à dire l’Idée de DIEU, c’est à dire DIEU

Oui, Dieu est une Idée, l’Idée de l’Idée si l’on veut, pas un « être souverain » qui aurait une conscience, alternativement un bon papa gâteau sur l’épaule duquel on pourrait pleurer ou un Père Fouettard qui nous punirait d’avoir trop bu par une bonne gueule de bois, ou d’avoir fait l’amour avec une inconnue par une MST.
La

conversion intellectuelle à l’idéalisme philosophique, qui est la véritable conversion religieuse universelle

c’est cela : être persuadé que les Idées ont une force (spirituelle) sans laquelle il nous serait impossible de vivre, et qu’elles sont la seule chose qui ait de l’importance, alors que les « étants naturels » n’en ont aucune.
Je rappelle aussi que notre recherche s’effectue entièrement sur le plan des Idées (mathématiques) et d’ailleurs quand on parle d’un arbre, ou d’un oiseau de quoi parle t’on ? De notre idée, ou plutôt notion, de l’arbre, de cet arbre ci, qui est au fond du parc, ou de l’arbre en général.
Mais nous n’appelons pas cela des Idées, car elles sont à vocation utilitaire et vitale, ce sont des notions. La nature même de nos travaux, comme on vient de le voir, nous oblige à quitter ce plan pour celui des Idées mathématiques : ainsi pour nous un « être » n’est plus un arbre ou un animal ou « quelque chose qui arrive là devant » mais un ensemble au sens mathématique, puisque nous avons convenu que l’ontologie est l’étude du topos Ens des ensembles. Et nous avons vu hier avec l’article de David Edwards sur la « catégorie des catégories » comme « modèle du monde platonicien des formes » que la « montée vers l’Un Absolu » a pour premier « geste » de passer du topos Ens au 2-topos CAT, qui est la 2-catégorie des catégories, foncteurs et transformations naturelles : nous sommes donc ainsi forcés d’aborder la « Higher topos theory » de Jacob Lurie.

Mais revenons à l’exemple que donne David Ellerman d’un universel concret, exemple tire de la théorie des ensembles, donc de l’ontologie, degré le plus bas, le moins « spirituel » de la

Henosophia μαθεσις uni√ersalis τοποσοφια MATHESIS TOPOSOPHIA οντοποσοφια ενοσοφια

, qui nous convient donc puisque nous sommes au commencement.
Soient deux ensembles quelconques A et B et soit la propriété (des ensembles, puisque nous nous situons dans ce topos) :

F : « être un sous-ensemble de A et de B » (ou : être contenu à la fois dans A et dans B)
Autrement dit un ensemble X a la propriété F, ce que l’on note F(X), si et seulement si :

X ⊂ A et X ⊂ B
Nous connaissons déjà au moins un ensemble qui a cette propriété : c’est l’intersection de A et de B, notée A ∩ B
Nous en connaissons un autre : l’ensemble vide ∅
qui par définition n’a aucun élément, donc est contenu dans tout ensemble.
Si A et B sont disjoints, c’est à dire n’ont aucun élément en commun, l’intersection de A et de B est l’ensemble vide:

A ⋂ B = ∅

Nous affirmons que cette intersection de A et de B est l’universel concret recherche correspondant à la propriété F, et c’est facile à démontrer car:

– il a la propriété F (donc il est concret,Nil fait partie des ensembles qui ont la propriété)
– il est un universel, il est « parfait » au sens de cette propriété F, car il est un ensemble maximal pour la relation d’inclusion ⊂ , ce qui veut dire que tout autre ensemble ayant la propriété F est contenu en lui.
En effet si un ensemble X a la propriété, alors un élément quelconque x appartenant à X est à la fois élément de A et de B (puisque X a la propriété F), et donc il est élément de l’intersection de A et de B, par définition de l’intersection:

si F(X) et si x ∊ X, alors x ∊ (A ∩ B) et donc X ⊂ A ∩ B

David Ellerman appelle « relation de participation » la relation « être sous-ensemble de » et un universel concret correspondant à une propriété est un objet (un être, puisque nous sommes dans le cadre de la théorie des ensembles qui est l’ontologie) qui a cette propriété et tel que tout autre être ayant la propriété participe à lui.

Soit un ensemble X ayant la propriété F : Ellerman appelle « imperfection de X » tout ensemble Y ayant aussi la propriété F mais qui n’est pas contenu dans X.
Nous venons de voir que tout ensemble ayant la propriété « participe » à, est contenu dans l’intersection de A et de B.
Ceci veut dire que cette intersection A ∩ B n’a pas d’imperfections donc est parfait: c’est l’universel concret cherché, et il est le seul (puisque tout autre ensemble répondant aux conditions aura les mêmes éléments donc se confondra avec lui)
Il est l’universel, l’UN de la situation, mais il se situe parmi les autres êtres ayant la propriété : donc il n’est pas un UN transcendant, séparé de la collection des êtres dont il est l’Un, mais un UN(iversel) concret, parmi les autres qu’il unifie par sa perfection.
L’UN transcendant est l’Idole des religions qui disent « Dieu est Un », en envisageant un Dieu transcendant.
Poussé à son terme, cette démonstration nous indique que l’Un, qui est la perfection, ne peut pas être transcendant : la perfection appartient au monde des Idées.
Notons qu’il existe une autre conception d’un universel, basé sur l’ontologie : dans cet exemple, ce serait l’ensemble de tous les ensembles ayant la propriété F, c’est à dire de tous les ensembles contenus à la fois dans A et B.
Il est parfaitement légal de définir cet ensemble, seulement il n’a pas la propriété F, il ne figure pas parmi les objets ayant la propriété F, il est « en surplomb », il réalise l’unité de tous ces ensembles, mais de manière transcendante, séparée.
A ne pas confondre avec l’union de tous les ensembles qui ont la propriété F, qui est l’universel concret, à savoir:

A ∩ B

Publicités

La vraie raison du suicide de l’Europe

Voici un article remarquable en deux partie, qui laisse présager à court ou moyen terme une guerre civile en France, ou sans doute en Europe:

http://www.lefigaro.fr/vox/societe/2015/08/14/31003-20150814ARTFIG00245-des-territoires-perdus-de-la-republique-aux-territoires-perdus-de-la-nation-12.php

et

http://www.lefigaro.fr/vox/societe/2015/08/14/31003-20150814ARTFIG00248-georges-bensoussan-nous-assistons-a-l-emergence-de-deux-peuples.php

Certes Georges Bensoussan explique la situation actuelle par la grande saignée de la première guerre mondiale, dont la France qui figurait au nombre des vainqueurs ne s’est jamais relevée.
On peut d’ailleurs parler comme Max Gallo d’une « guerre de Trente ans » (1914-1944), qui se transforma en guerre mondiale mais commença, aussi bien en 1914 qu’en 1939, comme une guerre européenne.
Mais pourquoi ? pourquoi l’humanité européenne, hautement éduquée, anciennement christianisée, ayant reçu de longue date l’influence de la Grèce antique et de ce que l’on appelle les « humanités », cette humanité européenne qui crée la science et la philosophie modernes, qui est celle aussi des Lumières et du droit, pourquoi se livre t’elle ainsi au vingtième siècle à cette course à l’abîme?
Ici l’examen de l’Histoire nous donnera plusieurs raisons , plusieurs « causes », je serais d’ailleurs bien en peine de les énumérer toutes, tout dépend d’ailleurs de combien de siècles en arrière on remonte, puisqu’on peut affirmer que l’Europe était déjà en « gestation » trois mille ans en arrière, ou même 50000 si l’on remonte à cromagnon et Néanderthal…citons en vrac : les empires coloniaux, la Révolution française et les guerres napoléoniennes, la guerre de l’Europe chrétienne contre les Ottomans, où la France a souvent été perçue par ses voisins européens comme faisant le jeu de l’islam, etc..etc..etc..
Mais, à la fin des fins, cela ne nous donnera pas le pourquoi, celui qui s’impose et met fin à toutes les questions, celle ci notamment qui revient lancinante:
« Oui mais pourquoi, suite à de tels faits historiques, l’humanité européenne a t’elle réagi comme cela, jusqu’à provoquer deux guerres mondiales, et jusqu’à la volonté d’anéantissement à laquelle nous assistons depuis 1975, depuis 40 ans d’immigration forcenée ? »
Et pourquoi, surtout, jusqu’à l’inconcevable, l’indicible de la Shoah ?
Qu’un génocide se produise dans des sociétés inférieures comme la Turquie de 1915 ou le Rwanda de 1994, c’est intolérable mais on peut à la rigueur l’envisager, de par les rivalités tribales ou bien la mentalité musulmane forgée de longue date par la Sharia qui considérait les dhimmis arméniens comme des sous-hommes…mais dans une société européenne qui avait été celle de Kant, ou Einstein ?
Ici l’interview de Georges Bensoussan dans le Figaro a le grand mérite de ridiculiser et condamner le « catéchisme moral » de la Shoah, qui l’a banalisée en la comparant à la prétendue naqbah des Palestiniens, ou bien au prétendu génocide de SreBrenica: ceci fonctionne comme un véritable étouffoir de la réflexion.
Il nous faut donc chercher la réponse à notre question sur un registre supérieur, métaphysique, et non plus seulement factuel (bien que les faits historiques puissent servir à vérifier ou réfuter nos conclusions.
Et nous ne pouvons la chercher que sur la période qui distingue absolument l’humanité, la civilisation européenne de toutes les autres, y compris de l’Europe telle qu’elle était avant la période historique dont je parle, avant la ligne de démarcation du cartésianisme:

https://meditationesdeprimaphilosophia.wordpress.com/2012/03/06/la-ligne-de-partage-des-temps/

la ligne de partage des temps, qui pour les chrétiens est la naissance de Jesus-Christ, pour les juifs…je ne sais pas, (la sortie d’Egypte ?) pour les musulmans la descente du Coran, mais qui pour nous qui nous voulons vraiment religieux, pour nous qui voulons vraiment « dépouiller le vieil homme » ne peut être que la « nuit de songes de Descartes » du 10 au 11 novembre 1619:

http://singulier.info/rrr/2-rdes1.html

nuit suivant la journée au cours de laquelle il trouvé les fondements de l’admirable science, selon le récit de Baillet:

« 

Il nous apprend que le dixième de novembre mil six cent dix-neuf, s’étant couché tout rempli de son enthousiasme et tout occupé de la pensée d’avoir trouvé ce jour-là les fondements de la science admirable , il eut trois songes consécutifs en une seule nuit, qu’il s’imagina ne pouvoir être venus que d’en haut.

 »

évidemment Descartes ne peut parler que le langage de l’ancienne époque puisque la nouvelle ne va naître qu’au cours de cette nuit obscure car ultra-lumineuse, Descartes reste chrétien : mais « en haut » désigne pour nous qui venons quatre siècles après le plan spirituel, plan de l’Idée, qui est nommé « cieux » (שמים = Shamayim par opposition à Eretz = terre qui désigne le plan vital ) au premier verset de la Torah. La pensée de la nouvelle époque d’après la ligne de démarcation est entièrement active, virile (non au sens de sexe masculin), solaire, conquérante, par opposition à l’ancienne époque lunaire, orientale, passive, recevant des « révélations » par les « prophètes » et ce n’est pas pour rien que Jean-Luc Marion tente d’annexer Descartes à sa thèse de la « donation-réception », niant la possibilité d’une pensée active, créatrice.

Science-sagesse admirable que nous appelons ici:

« 

HENOSOPHIA TOPOSOPHIA MATHESIS ενοσοφια τοποσοφια μαθεσις υνι√ερσαλις οντοποσοφια

et qui n’est autre que cette « Réforme absolue du savoir humain » que le philosophe-mathématicien Hoené Wronski tenta de fixer dans le livre de 1847 qui porte ce titre, mais sans y réussir parce que ce « Livre » est celui auquel le monde doit aboutir: le plan spirituel.

Voir aussi notre article assez ancien:

https://mathesisuniversalis.wordpress.com/mathesis-universalis-et-totalite/

Cette période de quatre siècles (1619-2015) qui marque la spécificité européenne et à laquelle nous devons donc nous restreindre pour expliquer la spécificité du destin de l’Europe, elle est encadrée quasi-symétriquement par deux « crises » (crise vient de krisis = jugement) dont parlent deux grands livres écrits au 20 eme siècle (au milieu des années 30 tous les deux) :

« La crise de la conscience européenne 1680-1715 » de Paul Hasard:

https://fr.m.wikipedia.org/wiki/La_Crise_de_la_conscience_européenne

et

http://classiques.uqac.ca/classiques/hazard_paul/crise_conscience_europe/crise_conscience.html

et « la crise des sciences européennes et la philosophie transcendantale » d’Edmund Husserl

http://www.ac-grenoble.fr/PhiloSophie/file/husserl_depraz.pdf

Cette crise est à mon sens la suivante : la physique mathématique , déplacement dans l’axe de la vie religieuse selon Brunschvicg, n’a pas été inventée pour les progrès techniques, militaires et économiques qu’elle allait aussi apporter, car ceux ci ne sont venus que plus d’un siècle après, avec les premières machines à vapeur.
Elle a été inventée par des européens pour permettre à l’humanité européenne de se donner une forme de vie nouvelle, libérée de la Tradition et se donnant soi même son destin dans l’autonomie de la pensée et du jugement.
Cette autonomie consiste, dans la terminologie que j’emploie ici sous l’influence des trois premiers chapitres de « Raison et religion » de Léon Brunschvicg, dans l’appréciation exact de ce qu’est le plan spirituel (caractérisé par cette autonomie radicale) vis à vis du plan vital caractérise par l’asservissement de la conscience vis à vis des instincts. Il n’y a pas de liberté sur le plan vital, il ne peut pas y en avoir : la liberté « filtre » dans le monde en provenance du monde des Idées, comme tout ce qui est de l’ordre des valeurs véritables. Une valeur ne peut exister dans le monde sur le mode de l’être, elle y « apparaît » sur le mode du « doit être », toujours par l’intermédiaire d’une ou plusieurs consciences humaines , la liberté n’est pas (en tant que réalisée dans le monde) mais doit être, en tant au horizon pour l’action et la praxis vraiment humaine.
Un exemple : la sexualité en tant que symbole même du plan vital ne peut pas être libre, la « liberté sexuelle » est une baliverne. Tel homme, telle femme croit aimer tel partenaire librement, mais en fait c’est son instinct animal, qui dépend en partie de son histoire passée, qui le ou la pousse.
Seulement cela ne saurait être une justification pour le viol, ou pour le mariage forcé, qui n’est d’ailleurs qu’une forme de viol, ou pour les punitions en cas de sexe hors du mariage ou d’adultère….

Car notre conduite pratique en tout temps et en tout lieu doit être guidée par l’étoile polaire des Idées de Liberté, de Bien, de Vrai…or si je viole, si je force quelqu’un à se marier contre son gré, si je frappe ou lapide la femme adultère, j’obéis à mon instinct animal, individuel ou social: je ne suis plus guidé par les Idées éternelles, je commets le Mal.
Donc la science moderne, mathématique, qui au 17 eme siècle n’était pas encore séparée de la philosophie, n’a pas été créée pour la richesse ou la puissance économique et militaire, puisque les applications techniques militaires ou industrielles n’existaient pas à l’époque , personne ne pouvait en avoir l’idée. La science a été créée pour donner une juste vision et compréhension de la différence entre plan vital, ou plan de l’être, ou plan ontologique, et plan spirituel, ou plan des Idées et des Valeurs (véritables).
Je dis « juste compréhension » car il en existait déjà une, mais fausse : je veux parler de la vision du plan spirituel données par les religions et sectes ou systèmes se prétendant « de sagesse »: il y aurait lieu d’en parler pendant des heures, des mois, des années tant l’histoire de tels « systèmes de croyances » est complexe et embrouillée, je me bornerai donc à expliquer pourquoi tous ces systèmes existant avant l’émergence de la science ne pouvaient être que faux et mauvais (encore que bien sûr il faudrait introduire des nuances à l’infini): c’est que TOUS concevaient le plan des Idées et des valeurs sur le modèle du plan de l’être, du monde naturel caractérisé par la multiplicité indéfinie des étants. Or ici nous avons une célèbre citation de Brunschvicg qui comme d’habitude fait la lumière:
« Les trois propositions génératrices du scepticisme, de l’immoralisme, et de l’athéisme sont : le Vrai est, le Bien est, Dieu est »
On pourrait d’ailleurs y ajouter:
« La proposition génératrice de la dictature et de l’asservissement est : la liberté est »
Proposition que l’on rencontre généralement sous cette forme : « Je suis libre de faire, de dire, de penser ce que je veux » suivie de « et je t’emmerde ».
La liberté ce n’est pas de faire ce dont j’ai envie, poussé par mes pulsions et mes instincts : c’est de penser, de vivre et d’agir guidé par les Idées éternelles.
C’est Platon qui le premier a exprimé cette thèse dans sa philosophie, grâce sans doute à Socrate ainsi que par la connaissance des philosophes-savants plus anciens comme Thales, peut être par Pythagore, voir:

http://revistadefilosofia.com/11-3.pdf
Mais comme dit Brunschvicg « le miracle Grec dura le temps d’un éclair » , vint ensuite l’éclipse de l’idéalisme Grec platonicien, fondement de l’Occident, par le matérialisme oriental qui est à l’œuvre à Rome, Jérusalem, Byzance et Cordoue, et il faudra attendre Descartes pour que la spiritualité platonicienne, étouffée par l’aristotélisme qui était comme par hasard ce que les juifs, les chrétiens, et les musulmans avaient retenu de la philosophie grecque:

https://leonbrunschvicg.wordpress.com/about/

«  Les « valeurs méditerranéennes », celles qui ont dominé tour à tour à Jérusalem, à Byzance, à Rome et à Cordoue, sont d’origine et de caractère asiatique…… »

http://classiques.uqac.ca/classiques/brunschvicg_leon/ecrits_philosophiques_t1/ecrits_philosophiques_t1_intro.html

« C’est de Descartes que date le retour à la spiritualité pure par laquelle Platon avait mis en évidence le caractère de la civilisation occidentale : « Toutes les sciences (écrit-il dans la première des Règles pour la direction de l’esprit), ne sont rien d’autre que la sagesse humaine, laquelle demeure toujours une et identique, tout en s’appliquant à divers sujets, sans se laisser différencier par eux, plus que la lumière du soleil par la variété des choses qu’elle éclaire. » Mais l’humanisme de la sagesse ne manifestera toute sa vertu dans la recherche de la vérité, que s’il a conquis, par une ascèse préalable, sa liberté totale à l’égard des préjugés de la conscience collective. De cette ascèse, Descartes sera redevable aux Essais de Montaigne. »

Mais que s’est il passe alors pendant la « crise de la conscience européenne », de 1680 à 1715, et surtout après 1715, après la mort de Malebranche qui était le dernier des « grands » cartésiens ?
Il s’est passé que l’humanité européenne a connu le destin de Narcisse qui fasciné par son image dans l’eau (c’est à dire par le plan vital qui ne renvoie que la fausse image de la personne, non universelle donc non adéquate à la vérité) est tombé dans le cours d’eau et s’est noyé.
Dans le cas de l’Europe cette fascination par le moi personnel, vital et social, commence avec la « profondeur vide des Lumières » au 18ème siècle, elle est représentée par Danton lors de la Révolution française et provoque en retour la Terreur qui signe l’échec de tout projet d’émancipation réelle. Puis commencent à arriver les nouveaux objets inventés par l’industrie et la fascination grandissante qu’ils exercent.
Résumons : l’humanité européenne a été incapable d’accomplir le projet du 17 eme siècle , et s’est progressivement enlisée dans le naturalisme, ce qui est le diagnostic de Husserl en 1936, qui attribue cet enlisement à la crise des sciences positives qui n’ont plus rien à nous dire « dans la détresse de notre vie » (1936 en Allemagne) sur les questions importantes, touchant au sens de l’existence humaine.
Ce qui signifie dans notre terminologie : impuissante à définir une approche et une compréhension juste du plan spirituel, l’Europe sombre peu à peu, aux 19ème et 20 eme siècle, dans le naturalisme qui est le véritable athéisme : la thèse selon laquelle il n’y a que le plan vital.
Seulement l’athéisme positif , celui qui détruit les fausses conceptions, religieuses, du plan spirituel, n’en a pas moins joué son rôle à partir du 18ème siècle, et il est impossible de revenir en arrière, si bien que l’on en arrive à ce que révèlent les enquêtes de la fin du vingtième siècle, qui révèlent que les européens , même s’ils gardent une pratique religieuse minimaliste, ne croient plus aux « grands récits » sur un destin de la personne « après la mort », ce qui n’était qu’un voile mythique jeté sur la vérité du plan spirituel dont l’accès réclame comme condition préalable la « mort » (ascétique, initiatique) au plan vital.
En même temps des conceptions sectaires de l’initiation se font jour à partir du 19 eme siècle : théosophie, Golden dawn, anthroposophie etc..et créent un climat délétère d’où le nazisme prendra son envol.
C’est que l’humanité européenne n’arrive pas à faire l’effort (sans doute parce
Qu’elle ne connaît de la science que sa version vulgarisée) que pour détruire les fausses conceptions du plan spirituel, il fallait en connaître la vraie version : le « vêtement d’idées mathématiques » qui est derrière les théories scientifiques qui ont amené au 17 eme siècle le « déplacement dans l’axe de la vie religieuse »:

https://leonbrunschvicg.wordpress.com/2012/09/11/la-querelle-de-latheisme-de-brunschvicg/

« Le fait décisif de l’histoire, ce serait donc, à nos yeux, le déplacement dans l’axe de la vie religieuse au XVIIesiècle, lorsque la physique mathématique, susceptible d’une vérification sans cesse plus scrupuleuse et plus heureuse, a remplacé une physique métaphysique qui était un tissu de dissertations abstraites et chimériques autour des croyances primitives. L’intelligence du spirituel à laquelle la discipline probe et stricte de l’analyse élève la philosophie, ne permet plus, désormais, l’imagination du surnaturel qui soutenait les dogmes formulés à partir d’un réalisme de la matière ou de la vie. L’hypothèse d’une transcendance spirituelle est manifestement contradictoire dans les termes ; le Dieu des êtres raisonnables ne saurait être, quelque part au delà de l’espace terrestre ou visible, quelque chose qui se représente par analogie avec l’artisan humain ou le père de famille. Étranger à toute forme d’extériorité, c’est dans la conscience seulement qu’il se découvre comme la racine des valeurs que toutes les consciences reconnaissent également. À ce principe de communion les propositions successivement mises au jour et démontrées par les générations doivent leur caractère intrinsèque de vérités objectives et éternelles, de même qu’il fonde en chacun de nous cette caritas humani generis, sans qui rien ne s’expliquerait des sentiments et des actes par lesquels l’individu s’arrache à l’égoïsme de la nature. Ce Dieu, il faudra donc l’appeler le Verbe, à la condition que nous sachions entendre par là le Verbum ratio (λόγος ἐνδιάθετος) dont le Verbum oratio (λόγος προφορικὸς) est la négation bien plutôt que le complément, avec tout ce qui, par l’extériorité du langage à la pensée, s’est introduit dans les cultes populaires : mythes de révélations locales et de métamorphoses miraculeuses, symboles de finalité anthropomorphique.» »

En d’autres termes : la masse de l’humanité européenne est incapable d’accéder au « Temple » du Dieu des philosophes et des savants, mais elle ne peut pas non plus revenir en arrière (sauf une minorité religieuse bien sûr) dans le giron du Dieu des religions abrahamiques : elle se retrouve donc, surtout dans les 70 années de 2945 à 2015, dans l’attitude de l’athéisme pratique selon laquelle il n’y a que le plan vital et pas de plan spirituel, les idées n’étant vues que comme une superstructure du monde naturel. C’est aussi ce que Badiou nomme l’attitude du matérialisme démocratique :
« il n’y a que des corps et des langages »…et des droits, ajouterons nous..
Or cette attitude est impossible à maintenir sur une longue période : l’examen de l’histoire passée le montre,niais aussi la réflexion, car nous savons bien tous que « la vie est une affaire qui ne rembourse pas ses dettes » (Schopenhauer) ou bien « un pauvre comédien qui se pavane sur la scène une heure durant et qu’ensuite on n’entend plus, une histoire racontée par un idiot, pleine de bruit et de fureur, ne signifiant rien » (Macbeth).
D’où l’attitude suicidaire des peuples européens, tellement évidente pour qui regarde encore le JT du soir.
La période 1945-2015 peut s’analyser comme un faux relèvement, celui des Trente glorieuses, uniquement productif et économique, accompagné d’une montée du nihilisme dans les arts et les philosophies de la de construction : dans « De l’esprit », Derrida compare ainsi l’esprit à une fermentation gazeuse, à une sorte de flatulence.
Un film ou plutôt une trilogie de trois films, « Welcome un Vienna », réalisée par Axel Corti dans les années 80 montre les raisons de cette montée du nihilisme à partir de 1945, parce que les questions de fond, spirituelles et religieuses, n’ont pas été traitées :

https://meditationesdeprimaphilosophia.wordpress.com/dieu-croit-il-encore-en-nous/

Cette volonté de suicide, difficile à enrayer, se manifeste aux niveaux politiques, economiques, et « culturels ».

Mais un auteur comme Raymond Abellio parle quant à lui d’une « Assomption de l’Europe »:

la culpabilité de l’Occident sadien

les interconnexions entre Los Angeles (Hollywood), Black dahlia et « vérité sadienne », dont nous parlons ici :

https://meditationesdeprimaphilosophia.wordpress.com/2012/06/04/black-dahlia-los-angeles-les-anges/

elles peuvent s’étendre de manière à peu près indéfinie !

Aisni prenez le film « Chinatown » réalisé par Polanski en 1975 : le rôle de Noah Cross, patriarche abusif ayant violé et mise enceinte sa propre fille (jouée par Faye Dunaway) , y est tenu par … John Huston !

John Huston qui est accusé par certains sites d’avoir participé au viol collectif de Tamar Hodel qui aurait débouché sur la relation incestueuse dont a été accusé le chirurgien, et dont il a été acquitté, mais l’on sait que des hommes richissimes et influents peuvent aux USA bénéficier des services d’avocats spécialisés et quasiment certains d’obtenir l’acquittement.

Ce même Polanski qui a vu sa femme Sharon Tate, enceinte, être assassinée par des membres de la « famille », une secte d’inspiration hippie dirigée par le « gourou » Charles Manson…

et qui vers 1976 a été accusé d’avoir violé et sodomisé une adolescente de 13 ans après l’avoir saoûlée au champagne et autres produits ; certes celle ci n’en était semble t’il pas à son coup d’ essai, et sa mère l’encourageait à « faire carrière » à Hollywood au moyen de tels « stratagèmes », mais ceci est il une excuse ?

Une fois que l’on ouvre les vannes, on ne peut plus arrêter les flots déchaînés de l’inondation; d’autres auteurs (comme René Guénon) ont employé l’image du Mur qui se lézarde et se brise, laissant passer les influences infernales du « monde souterrain » (célébré par le cinéaste d’avant garde américain Kenneth Anger); que l’on pense aussi au film « The Wall » !

Est ce simplifier outrageusement les choses que de dépeindre cette évolution comme l’affrontement de deux camps :

-celui des « progressistes » sadiens, comme Mehdi Belhaj Kacem, qui pensent que l’essence de la civilisation mondiale qui vient est pornographique et sadienne, et que toute réaction contre cette évolution est « fasciste » et aboutit aux camps de Staline, Hitler ou Pol Pot , comme le voudrait selon lui le « platonisme » de Badiou… d’autres sont plus « modérés », voire plus lâches, et se contentent de sussurer « je ne comprends pas comment en 2012 on peut encore être opposé au mariage gay », bref de remplacer le débat argumenté par la flèche du temps, qui va forcément du moins bien vers le mieux

– et celui des « réactionnaires », tenants de l’ordre moral pur et dur et du « retour en arrière » ou bien, là encore, plus « modérés » (à l’exemple de Finkielkraut, Régis Debray , et bien d’autres personnages très différents)

non, ce n’est pas simpliste si l’on pense avec Badiou que tout moment crucial de choix pour l’humanité doit pouvoir se formaliser par un « point », c’est à dire un choix entre deux possibilités; oui c’est simpliste si l’on remarque que les deux « camps », et surtout le second, regroupe des tendances qui n’ont rien à voir entre elles.

Je récuse pour ma part entièrement le terme de « réactionnaire » : les réactionnnaires sont certes les intégristes, religieux ou autres, qui abondent aux USA , et qui parlent du « retour aux valeurs morales » jusqu’à ce qu’ils soient accusés de vilaines affaires d’adultère, ou pire, de viol ou pédophilie.

Et je récuse symétriquement le terme de « progressistes » appliqué aux « matons de Panurge » obsédés par le « vide juridique » (dernier exemple en date : celui du « harcèlement sexuel » ) , par la « diversité », la parité et autres salades.

Je me réclame d’un auteur comme Brunschvicg qui a écrit « Le progrès de la conscience dans la philosophie occidentale » , et qui certainement n’encouragerait jamais le « retour » en arrière vers les temps de l’enfance de l’humanité que sont les époques d’avant Descartes, d’avant la physique mathématique.

Seulement il faut bien voir que ce sont les « faux progressistes », tenants d’une évolution inéluctable vers « plus de droits individuels », plus de « diversité », qui en réalité tuent toute diversité réelle et appellent en retour la réaction et l’obscurantisme (islamique, notamment).

Une page magnifique comme celle ci de Brunschvicg (vers 1930) sur l’homme occidental :

https://meditationesdeprimaphilosophia.wordpress.com/lhomme-occidental/

permet de jeter la pleine lumière sur l’évolution sadienne de l’Occident : les « les jugements de l’Orient sur l’anarchie et l’hypocrisie de notre civilisation » , ce sont évidemment les condamnations « morales » de la part de vertueux religieux des dépravations et turpitudes dont témoignent la vie d’une ville comme Los Angeles, « capitale de la saoûlographie » vers l’époque des années 40 selon un cinéaste de Hollywood, ville aussi de toutes les débauches sous un vernis « américano- chrétien ».

Mais il est facile de comprendre que tout retour en arrière (à supposer d’ailleurs qu’il y ait eu des lieux et des époques exempts de débauche ?) est impossible, puisque le passé a pu mener à ce qui existe là sous nos yeux comme « présent ».

Le seul progrès possible passe par l’idéal de réflexion intellectuelle et d’unité morale qui est celui de l’Occident véritable. Il va de la nature, domaine du « moi vital », à l’Esprit, et au « moi spirituel ».

quelle est la « coulpe vitale » de l’Occident, ou du monde moderne, sadien ?

elle est de se limiter au « seulement vital » justement : analysez les vies entrecroisées de toutes les personnes vivant dans une grande métropole comme Los Angeles en 1947 (ou de nos jours, ce qui fait deux villes très différentes certes) , vous aurez sous les yeux un « mouvement brownien » de « fourmis » affairées (pour la plupart en tout cas) par les seuls soucis du « vital », à savoir la nourriture, l’habitat, le travail et la subsistance, et le plaisir et le sexe.

Or le domaine du « seulement vital » est celui de la mort : la vie est équivalente à la mort, puisque tout ce qui est né doit périr.

La fascination pour le sexe est la fascination pour la mort : cela est très sensible dans certains ouvrages de Georges Bataille, très influencé par Sade, comme « Le bleu du ciel », où la scène centrale est celle du personnage qui jouit (sexuellement) au spectacle d’une morte qui n’est autre que sa mère… Bataille parle d’ailleurs des « outrances monstrueuses de ce livre », dont il n’aurait pas souhaité la publication…

un peu facile !

en somme, la fascination pour le sexe, qui est fascination pour la mort, cela revient à ne pas « renoncer à la mort », c’est à dire à refuser toute « vie religieuse » réelle…

BLACK DAHLIA : Los Angeles = les anges ??

La fascination étrange et durant encore aujourd’hui pour le meurtre horrible d’Elizabeth Short, surnommée « Black dahlia », le 15 janvier 1947 , s’explique par plusieurs raisons, mais principalement parce que l’affaire n’a jamais été résolue par le (tristement) célèbre service LAPD de la police de Los Angeles, connue dans l’immédiat après-guerre pour sa corruption, son racisme et son antisémitisme, et aussi bien sûr parce que cela se passe sous les fenêtres d’Hollywood (et, de manière plus anecdotique, par la sombre horreur de ce crime, les souffrances effroyables qui ont été infligées à cette jeune femme de 22 ans avant sa mort… inutile d’insister)..

j’ai passé à peu près les deux derniers jours à lire les principaux sites consacrés à ce « mystère » , et je note qu’il existe plusieurs « solutions », dont les deux principales sont les suivantes :

– celle de Steve Hodel, inspecteur à la retraite du LAPD, qui s’est occupé d’affaires criminelles des années 60 à la fin des années 80,  a résolu plus de 200 meurtres , et accuse, avec des arguments solides, …son père, le chirurgien -psychiatre

 Georges Hodel (1907-1999)

 un homme fascinant , ayant un QI de 186 (un point de plus qu’Einstein… oui je sais c’est stupide et c’est Steve Hodel qui le dit, mais dire des choses stupides , cela arrive à tout le monde tout le temps non ?), d’une culture musicale et littéraire et d’un raffinement (mais aussi à l’occasion d’une violence) extrêmes, musicien virtuose à 7 ans, chauffeur de taxi à 17 ans en ayant menti sur son âge, « journaliste » spécialiste d’affaires criminelles, puis chirurgien, puis psychiatre influent, lié au monde de la politique, de la police et de la pègre (dans ce LA d’avant guerre et des années 40 mis en scène par Polanski dans « Chinatown », ou par Chandler dans « Le grand sommeil »), dirigeant semble t’il de fructueuses cliniques pratiquant des avortements clandestins et possédant à ce titre des « informations confidentielles » sur la vie (sexuelle notamment) dépravée de la « bonne société » ….un homme « libertin » (pour reprendre le terme à la mode depuis le 14 mai 2011), accordant une importance énorme à l’oeuvre de Sade,  organisant dans sa luxueuse villa (ressemblant à un « temple maya ») de Franklin Avenue au coeur d’Hollywood des « orgies » où participaient paraît il des célébrités comme John Huston ou Orson Welles (qui a d’ailleurs figuré parmi les suspects du meurtre du Dahlia)…

voir les deux blogs de Steve Hodel « Squad room » et « Evidence room »:

http://www.stevehodel.com/

-la deuxième « solution » est donnée ici , de manière assez « sophistiquée » dirons nous :

http://blackdahliasolution.org/

le coupable serait un certain Ed Burns, mentalement déséquilibré selon le rapport de l’armée qu’il avait quittée en 1945 après le suicide de son épouse (qui avait en même temps noyé leur fille)

il l’aurait tuée par rage, parce que cette jeune femme à la dérive (financièrement et moralement) l’utilisait comme « chauffeur et pourvoyeur de cash » en lui consentant un moment de sexe de temps en temps, ce qu’elle faisait semble t’il les derniers temps avec … beaucoup d’hommes différents (un par jour); d’autres disent qu’elle ne pouvait pas avoir de sexualité normale à cause de malformation , qu’elle se contentait donc de « flirter » pour se donner l’illusion d’être une femme « normale », mais il reste qu’il existe de nombreux document hoteliers prouvant qu’elle a passé la nuit avec beaucoup d’hommes différents pendant les deniers mois de sa vie, à Los angeles ou dans la région, et ce n’est pas ici le lieu de « creuser » à propos de ce qui a bien pu se passer entre ces « adultes consentants »…  comme disent nos amis américains :

« this is  a free country« …

pour l’anecdote, il existe aussi d’autres « pistes », comme celle (suivie par Gilmore)d’un « looser » alcoolique nommé Arnold Smith qui est mort au début des années 80 dans l’incendie de sa chambre dans un hôtel miteux :

http://www.johngilmore.com/interviews&reviews/deadbeat.html

Je ne pense pas que l’on arrivera jamais maintenant à « faire la lumière », j’étais presque convaincu que la culpabilité de Georges Hodel était prouvée (par son fils, un policier très compétent et sérieux) , mais il me semble maintenant que les arguments sur Ed Burns sont sérieux aussi, notamment le fait qu’il soit la dernière personne ayant passé la nuit à l’hôtel avec Beth Short, et qu’il se soit suicidé peu après, en laissant semble t’il de manière « cryptée » , des « aveux »…

mais de toutes façons la « vérité factuelle » sur cette affaire (pour dire les choses crûment : quel est le monstre qua a tué cette femme, en la torturant, en la violant, la sodomisant avant et après la mort, puis en la découpant en morceaux ) est elle la totalité de la « vérité » ?

j’ai bien conscience de sembler « provocateur » (ce qui n’est pas le cas) , mais il me semble que (pour paraphraser un feuilleton nommé « X files ») « la vérité est ailleurs »..

elle se trouve dans la proximité et l’implication du milieu hollywoodien !

à ce titre, la piste « Georges Hodel » est la plus « intéressante » philosophiquement parlant, mais encore une fois les indices factuels qui l’accusent sont très sérieux aussi !

 c’était semble t’il en 1950 le suspect numéro 1 de la police , qui avait placé des micros dans sa villa, il aurait tenu des propos accablants à un interlocuteur allemand, du genre « si j’ai tué le dahlia, de toutes façons la police ne peut rien prouver maintenant »…il avait été accusé de viol en 1949 par sa propre fille Tamar, âgée de 14 ans , et n’avait été acquitté qu’en faisant appel aux avocats les plus célèbres du barreau (un peu comme DSK en 2011)… et enfin il avait fui le pays en 1950, alors que les policiers se préparaient à l’arrêter ,abandonnant maison et famille, pour aller mener pendant 40 ans un vie d’hommes d’affaires en Asie..il est revenu aux USA en 1991 avec sa dernière épouse, et après sa mort en 1999 son fils Steve a retrouvé dans son carnet des photos qui ressemblent à celles du Dahlia, d’où son enquête et sa conviction que son père est le coupable..

de plus il y eut à Los angeles, de 1943 à 1950, toute une série de meurtres de femmes qui ressemblent à  celui du Dahlia, notamment celui de Jeanne French le 10 février 1947 , ou celui de Louise Springer en 1949.

Selon Steve Hodel le meurtre du Dahlia par son père Georges Hodel aurait des motivations… philosophiques et artistiques « surréalistes », puisque la position de la partie « torse » du cadavre semble immiter une célèbre photo de Man Ray (grand ami de Hodel, comme John Huston ) nommée « Le minotaure » :

Il y a bien d’autres « relations » avec la vie hollywoodienne et de la « cité des anges » , notamment avec l’oeuvre de James Ellroy dont la mère Jean Hilliker Ellroy a elle aussi été violée et assassinée en 1958. Le livre d’Ellroy « L A confidential » a été adapté au cinéma en 1997 deux ans avant la mort de Georges Hodel et fourmille d’allusions à l’affaire du Dahlia, plusieurs scènes ont d’ailleurs été tournées dans la villa de Franklin House qui avait été celle d’Hodel de 1945 à 1950, et aussi plusieurs scènes du film de Scorcese « Aviator »…

mais je voudrais ici surtout retenir l’aspect « sadien » et « libertin » du personnage de Georges Hodel, comme aussi celui de ses amis John Huston et Man Ray (qui n’ont rien à voir dans le meurtre) ou aussi Fred Sexton (qui a sculpté la statuette du « faucon noir » du film de Huston « Le faucon maltais » en 1941, cet « objet » symbolique dont Bogart déclare à la fin du film que c’est « l’étoffe dont sont faits les rêves »).

Il est un livre formidalbe de Dany Robert-Dufour , « La cité perverse » , voir là dessus mes articles :

http://mathesis.blogg.org/date-2009-12-04-billet-1116688.html

http://mathesisuniversalis.multiply.com/links/item/90/90

http://aventurien.multiply.com/journal/item/9/9

qui analyse tout le devenir occidental comme une chute accélérée dans la perversion « accompagnant » le libéralisme (devenu de nos jours la substance même du capitalisme mondialisé) qui avait commencé comme « solution alternative à l’absolutisme pour sortir des guerres de religions » (la denière émission « Répliques » de Finkielkraut, où l’invité était Jean Claude Michea, a porté là dessus).

Sade marque évidemment une étape capitale dans cette évolution, Georges Hodel et Man Ray (comme les surréalistes et les dadaïstes) ont donc raison « factuellement » sur ce point , et c’est ce qu’affirme aussi Mehdi Belhaj Kacem dans ses livres prenant position contre Badiou et contre le « platonisme » :

https://meditationesdeprimaphilosophia.wordpress.com/2012/05/23/le-platonisme-par-gros-temps/

seulement il y a deux façons de reconnaître cette « vérité sadienne » de notre humanité (occidentale) moderne : pour le glorifier (comme les surréalistes) ou au moins le reconnaître comme inéluctable (comme Mehdi Belhaj Kacem) ou bien pour …le combattre en tentant d’inverser cette tendance funeste.

Et c’est là la tâche du platonisme, dont nous nous réclamons ici :

https://meditationesdeprimaphilosophia.wordpress.com/2012/05/25/le-platonisme-est-la-verite-de-la-philosophie/

Le platonisme est la vérité de la philosophie

Il faut tenir bon, non pas avec Badiou, mais avec Brunschvicg, pour affirmer que le platonisme est la vérité de la philosophie.

Lire notamment la page 70 des « Etapes de la philosophie mathématique » :

http://quod.lib.umich.edu/u/umhistmath/AAN8827.0001.001?view=toc

http://quod.lib.umich.edu/u/umhistmath/aan8827.0001.001/81?view=image

« Que la fonction de la pensée soit une fonction de résolution, qu’ elle s’exerce à l’aide de la science des nombres et des figures, et que de degré en degré elle parvienne à découvrir dans le tissu enchevêtré des phénomènes l’ordre des relations mathématiques, cette conception est, en un sens, le platonisme lui-mênme; et puisqu’elle est destinée à réapparaître dès le lendemain de la Renaissance pour devenir avec les Galilée, les Descartes et les Newton, la substance de la civilisation moderne, il est permis de croire que le platonisme est la vérité même de la philosophie.

Mlais certe vérité i! a fallu vingt siècles de réflexion pour parvenir à la dégager dans la pureté de sa lumière; il a fallu que, la psychologie se substituant à a théologie et la critique au dogmatisme, la méthode d’analyse régressive que Platon avait introduite dans le domaine de la réflexion spéculative devînt la rmesure directe du progrès scientifique, et qu’elle se constituât ainsi comme une méthode indépendante, suffisante pour l’appropriation de la nature à l’esprit. »

Whitehead voyait en la totalité de la philosophie occidentale une suite de « notes en bas de page de Platon », et il avait raison ; seulement de quel platonisme parle t’on ?

Charles Singevin a tout autant raison de signaler que l’on retombe sur Aristote dès que l’on donne congé à Platon, et que la philosophie occidentale a perdu Platon !

Ce qui fut selon Brunschvicg vrai pour 20 siècles à peu près :

« L’oeuvre positive de résolution, entrevue par Platon à un moment déterminé du processus dialectique, est donc loin de définir la forme sous laquelle la doctrine s’est effectivement constituée et s’est offerte à la discussion des premiers auditeurs de Platon. L’analyse idéaliste n’est qu’une démarche préparatoire à la connaissance supérieure qui atteint les principes de l’être et du savoir, et déduit de ces principes les hypothèses nécessaires aux combinaisons du calcul et aux relations métriques. Le platonisme suspend la partie technique de: la mathématique, le domaine positif de la science, à une dialectique qui les dépasse et qui leur est étrangère. Par là, non seulement son échec immédiat devenait inévitable; mais encore il était inevitable que cet échec fût tout autre chose que la ruine d’un système particulier, qu’il entraînat une éclipse séculaire de la philosophie à base mathématique. L’intellectualisme scientifique de Platon devra s’effacer devant l’intuitionisme grammatical; le sujet de la proposition, devenu l’être en tant qu’être, sera l’objet par excellence du savoir, au préjudice de l’idée eni tant que nombre.  »

Sinon, nous n’aurions pas besoin de tenter de retrouver, ou redéfinir, un « Platon pour notre temps », ce que Badiou tente de faire dans ses derniers séminaires à juste raison.

Or il est sans doute symptômatique que Badiou se situe face aux détracteurs en tous genres comme Platon face à Aristote, ou comme Saint Thomas d’Aquin face à Averroès.

Et que MBK ne caricature cette attitude en appelant Badiou, imitant des noms lacaniens :

Le sinthomme à quinquin

Il ne faut pas céder sur le caractère primordial de la mathesis parce que justement nous avons besoin de la mathématique universelle et de ses démonstrations, qui sont les « yeux de l’âme » comme dit Spinoza, si nous voulons ne pas décoller (pour un « good » ou « bad trip ») de l’immanence radicale des idées et ne pas repartir pour un tour pour « la Transcendance de l’Idée », soit ce qu’il faut bien appeler le dogmatisme de Badiou et d’autres. Sans la boussole de la raison et les yeux de l’âme que sont les démonstrations, nous ressemblons à ce paralytique porté par un aveugle, dont le destin est de tomber dans une fosse…fosse de Babel ou fosse des camps de concentration.

« Il y a une mesure du vrai, et elle est en nous, dans cette puissance universelle de juger qui est, selon la maxime du cartésianisme, la chose du monde la mieux partagée. Mais c’est aussi que l’être lui même, que l’univers l’y a mise, en ce qu’il vise l’un, que l’ un est valeur, et que ce qui juge de la valeur, c’est nous »

(fin du livre de Singevin : « Essai sur l’ Un« )

le platonisme par gros temps

Sur mon ancien blog « Recherche de la Vérité » (maintenant détruit) j’avais donné un compte rendu jubilatoire (sous le titre « Du rififi dans la bande à Badiou » je crois) du livre de MBK (Mehdi Belhaj Kacem) :

« Après Badiou »

je ne vais certainement pas perdre mon temps à réécrire cet article, mais cela me serait facile : au fond j’étais bien content qu’ un « disciple » (et quel disciple !) dise son fait au père fouettard castrateur (puisque ces gens là ne parlent que de psychanalyse) … sans bien sûr approuver ses délires « pornographiques » ni surtout sa « récupération » par BHL et « La règle du jeu » :

http://laregledujeu.org/2011/02/01/4496/a-b-ou-b-a/

http://laregledujeu.org/2011/02/08/4604/joyeux-parricide/

je rappelle ici à toutes fins utiles que je suis pas « sioniste » ni encore moins « américano-sioniste » (mon racisme anti-Yankee primaire plaide pour moi !) mais anti-anti-sioniste , ou dans ma terminologie « sionistophobophobe », parce que je SAIS que l’antisionisme est toujours l’allié de l’islamisme et de l’antisémitisme, implicitement ou explicitement…

(dans la « cage aux phobes » qu’est devenue le monde, il faut TOUJOURS éviter d’être un « phobe » au premier degré ; ainsi je n’admettrai jamais que je suis islamophobe, mais islamophobophobophobe, au troisième degré; nouvelle version du vieux « c’est pas moi qu’ai commencé, c’est l’autre »)

ce qui m’amène directement au livre de MBK qui prend la suite d’ Après Badiou :

« La conjuration des tartuffes »

puisque le jeune et beau philosophe tunisien y situe le « Tartuffe » dévôt de Badiou (qui est Fabien  Tarby : http://fabientarby.blogspot.fr/ ) entre « anti-sémitisme » et « anti-anti-sémitisme » (je le soupçonne d’être lui aussi un prestidigitateur de la « cage aux phobes » en folie)…

mais ne perdons pas de temps avec ces contingences… je ne veux pas recommencer mes « dispersions et distractions » de « Recherche de la vérité » (ce qui serait bien le comble de la part de quelqu’un qui s’enquiert d’un « chemin qui ne mène nulle part allant du multiple à l’un »)

Car au delà de Badiou , du grand épurateur maoïste appointé par l’Education Nationale , MBK s’attaque directement à la mathesis et au platonisme où il décèle l’autre face du nihilisme (tant vitupéré par les dévôts de la rue d’Ulm et leur Gourou , qui seraient donc en somme la version up-to-date des pompiers pyromanes, ou à tout le moins des arroseurs arrosés ?). Ce qui n’est autre, si je ne me trompe, qu’un « nouvel avatar » des thèses de Nietzsche et Heidegger…

25 siècles de platonisme, ou de « métaphysique occidentale » (dit Heidegger) , ou d’idéalisme mathématisant (Brunschvicg) , seraient donc responsables, selon MBK, des malheurs et souffrances indicibles de 99 % de la population mondiale, à côté des 1 % d’élus du « paradis que Cantor a créé pour nous »…en somme là aussi une version laïcisée du jugement dernier coranique !

outre les camps nazis, soviétiques, chinois , ou cambodgiens , que le Grand prophète du Mathème voudrait rouvrir (toujours selon MBK… il le connaît mieux que moi non ?).

Je ne peux certainement pas ici paraître « me payer MBK », je n’ai plus de temps à gaspiller à ce genre de débilités, et il me semble que certaines de ses thèses sont sérieuses, et ne sauraient être balayées d’un revers de main..

d’autant plus qu’ une deuxième critique, pas vraiment semblable mais allant dans la même direction, vient du passé  par la parole  et l’écriture de celui qui fut sans doute le plus grand mathématicien de tous les temps :

Alexandre Grothendieck

http://www.math.jussieu.fr/~leila/grothendieckcircle/recoltesetc.php

voir particulièrement cet exposé de 1970 (date où il quitta l’institution , au motif ponctuel des crédits militaires alloués à la recherche) sur la « responsabilité du savant » :

http://www.math.jussieu.fr/~leila/grothendieckcircle/Savant.pdf

on peut encore moins balayer ces propos, qui viennent je le répète , non plus d’un « jeune philosophe en rupture de ban avec la secte des dévôts badiolistes » mais de l’un des plus grands savants (mathématiciens) de tous les temps, qui de 1955 à 1970 fut celui qui mit en chantier TOUS les travaux (notamment la théorie des topoi, depuis la géométire algébrique, par une curieuse coïncidence avec William Lawvere qui lui les « inventa » depuis la logique) dont vit encore la mathématique aujourd’hui.

Or Grothendieck annonce, là aussi selon une (très ) curieuse coïncidence avec Theodor Kaczynski (qui quitte l’université vers la même époque) l’effondrement de la société industrielle, la fin de 4 siècles de recherches scientifiques culminant avec…lui, et « accuse » la discipline mathématique (qui l’a mis au sommet) de reléguer la majorité de la population (qui ne peut pas suivre) dans un statut … humiliant  et infâmant (notamment la grande masse des chercheurs)

Bien entendu, ce n’est pas moi qui vais « répondre » ici et directement à ces thèses, encore une fois très sérieuses, celles de MBK et surtout celles de Grothendieck ,qui n’a pu cependant s’empêcher de revenir au mathématiques, notamment avec son travail sur les dérivateurs, avant de dire adieu au monde en 1991, il vit encore solitaire à 84 ans dans les Pyrénées, et n’a donné de ses nouvelles qu’en 2010 pour signaler son opposition radicale à toute réédition et mise en ligne de ses écrits, voir :

http://sbseminar.wordpress.com/2010/02/09/grothendiecks-letter/

 qu’il me soit permis cependant de rappeler une ambiguïté fondamentale à propos du  « platonisme » : la Transcendance des Idées (qui selon MBK serait la cause des dérapages mao-fascistes de Badiou) appartient à l’ancienne version du platonisme, avant la « ligne de partage des temps » qui est selon Brunschvicg la « Géométrie analytique » de Descartes.

Pour ma part , si je suis aussi un « suiveur » (comme les dévôts) , je m’aligne sur Brunschvicg et sa conception du cartésianisme : les Idées (transcendantes) deviennent les « idées » (immanentes à notre esprit) et notre effort principal doit être justement de ne plus jamais « décoller » de cette immanence…

cela doit se traduie dans les faits par une « sincérité » absolue : si je ne sais pas je ne sais pas…si je ne comprends pas je ne comprends pas…

cela évite au moins les « bad trip » dont se plaint MBK, « désintoxiqué » des mathèmes mao-lacano-badiolistes…

au lieu de faire descendre le « ciel » des Idées en terre, ce qui provoque de fâcheuses comparaisons entre les « copies » (imparfaites, forcément, du monde de l’existence, ici bas) et les Archétypes qu’elles sont censées incarner, nous formons le projet de faire monter la terre (de l’existence) au ciel (des idées, avec un « i » minuscule) qui est et a toujours été là, avec nous, en nous , en sa présence internelle…

cela évitera peut être les camps ?

je souhaiterais d’ailleurs à ce sujet (des camps) « réconcilier », si cela est possible, MBK et AB (Alain Badiou).

AB préfère « un désastre à un désêtre« , MBK, avec toute la post-modernité « démocratique et pornographique », déclare préférer « un désêtre à un désastre »

le type même du désastre étant un retour des camps (selon le modèle massif de Pol Pot, le dernier à une telle échelle)…

cependant on peut peut être augurer une « fin de l’Histoire » qui serait à la fois un désastre et un désêtre ?

il paraît que vers les temps de la fin de l’URSS on trouvait des sortes de mouroirs qui étaient en même temps des hopitaux psychiatriques (et l’on sait combien l’URSS affectionnait la psychiatrie, au moins autant que Lacan -Badiou), où les « pensionnaires » passaient leur temps devant la télé (qui ne devait pas être tellement plus intelligente que chez nous, il y a une scène de ce type se passant aux USA vers 1990 dans « L’armée des 12 singes ») en train de baver … les plus privilégiés avaient de la vodka… infirmières comme médecins étaient partis , pour gagner leur pitance d’une autre façon, parce que là c’était mal payé, et même pas payé du tout, à la fin, manque de crédits publics, on connaît ça nous aussi n’est ce pas ?

ce n’était pas à proprement parler des camps, aucun des « pensionnaires » n’aurait songé à fuir, car pour aller où ?

donc pas de portes fermées, pas de barbelés, pas de miradors… seulement des « vigiles » qui venaient distribuer les « médicaments » pour faire tenir tout le monde tranquille…

un déastre qui est en même temps un désêtre… le monde qui finit en un murmure plutôt qu’en un bang….

La nature véritable de la oumma islamiyya mondiale

ces quelques développements supplémentaires auraient appartenu à l’article précédent :

https://meditationesdeprimaphilosophia.wordpress.com/2012/05/11/eclaircissements-grace-a-la-toposophie-sur-la-premiere-sourate-du-coran-selon-lordre-de-la-revelation/

mais je préfère en composer un autre article, pour attirer l’attention sur leur importance.

Au fond, quand le prêtre Nazaréen Waraqa Ibn Nawfal écrit et enseigne  cette  première sourate révélée , il sait qu’il joue gros parce qu’ IL MENT en prétendant que ces « sourates » lui viennent de l’autorité d’Allah, c’est à dire du Dieu d’Israel : elle est révélée par lui, pas par Dieu, puisque ces peuplades ignorantes d’avant la civilisation européenne moderne ne peuvent avoir aucune idée de ce que c’est que Dieu, à savoir la Raison universelle à l’oeuvre dans la science et la philosophie !

Seuls des savants comme Thalès, et les autres « savants-philosophes » ioniens ou grecs, vrais fondateurs de la civilisation européenne née avec Descartes 20 siècles plus tard, pourraient déterminer strictement cette essence de Dieu, seulement il leur est arrivé de gros ennuis quand ils ont tenté d ‘orienter les autres vers la Vérité, qui est Dieu comme l’a dit Spinoza : Socrate a dû boire la cigüe , sous l’accusation de « tentative de pervertir la jeunesse en la détournant des dieux de la cité », et Thalès, tombant dans un puits alors qu’il observait les étoiles pour en faire la théorie, a été la risée d’une (belle, j’espère) servante de Thrace qui passait par là et assista à la scène :

« non mais regardez moi ce bouffon de grec avec ses dieux débiles, il veut expliquer l’Univers et il n’est même pas capable de regarder devant lui où il met les pieds ! »

elle ne le traite pas d’athée, c’eût été un anachronisme, parce que pour tous ces anciens peuples encore sauvages, les « vrais dieux » , c’est à dire les plus forts, les plus puissants, c’étaient ceux de leur peuple ! tous les autres peuples ne pouvaient avoir que des dieux, pas tout à fait faux sans doute, mais moins puissants !

et la servante ne pouvait absolument pas se douter que sous ses yeux une révolution ayant bien plus de portée que la néolithique, était en train de s’accomplir : « les dieux » anthropomorphiques , ceux dont les fidèles ne se souciaient que de puissance (sur les éléments naturels) et non pas de Justice, de Vérité  et de Sagesse universelles, cédaient ici la place au Dieu des philosophes et des savants, celui qui est le Fils et la Sagesse dans la Trinité, et non pas le Père ou la Puissance (comme l’est encore Allah).

elle ne le pouvait pas  parce qu’elle croyait que Thalès, les yeux perdus dans les cieux, était en train de prier ses dieux, et sa mésaventure sonnait comme un avertissement et une confirmation : ces faux dieux , pour toute réponse à ses prières, laissaient littéralement tomber leur dévôt, évidemment puisque les vrais dieux, les siens, ceux des Thraces, étaient sous la terre et non dans le ciel !

elle était incapable de « penser au delà d’elle même et de son peuple », exactement comme de nos jours une musulmane venue se perdre en Occident, où son prétendu « Dieu », son Idole, n’a pas cours !

elle ne pouvait donc pas se « figurer » que les deux servent à autre chose que se faire prier et sacrifier des victimes (humaines, parfois, ou animales) pour qu’ils soient « propices à leur peuple » ).

La différence est qu’aujourd’hui le peuple de l’Islam c’est en droit (du droit du Jihad) l’humanité entière, et que les « victimes humaines » qu’on lui sacrifie sont les kamikazes !

J’ai formulé ailleurs, à propos de cette petite historiette de Thalès et de la servante, qui m’a toujours enchanté, l’hypothèse , qui a pu paraître scandaleuse, que la jeune servante Thrace, sous ses dehors un peu « brusques », était « bonne fille », et avait pu peut être soigner, voire consoler par ses beautés « asiates » , le vieux savant grec (qui était d’ailleurs tout aussi asiate extérieurement, en provenance d’Asie Mineure) tout meurtri de sa mésaventure « astronomique » (plutôt qu’astrologique) :

http://sedenion.blogg.org/date-2009-01-07-billet-951372.html

voici en tout cas ce que dit Brunschvicg, qui nous remet heureusement sur le droit chemin, à propos de cette anecdote qui se trouve chez Platon :

« Thalès étant tombé dans un puits tandis que, occupé d’astronomie, il regardait en l’air, une petite servante de Thrace, toute mignonne et pleine de bonne humeur, se mit, dit-on, à le railler de mettre tant d’ardeur à savoir ce qui est au ciel, alors qu’il ne s’apercevait pas de ce qu’il avait devant lui et à ses pieds. Or, à l’égard de ceux qui passent leur vie à philosopher, le même trait de raillerie est assez bien à sa place » (Platon, Théétète 174a)

« peut être la servante de Thrace avait-elle confondu la théorie des étoiles avec le culte de celles-ci, et avait à ce niveau tenu ses propres dieux pour les plus forts » (Hans Blumenberg)

« la sagesse du philosophe qui s’est retiré du monde pour vivre dans l’imitation de Dieu a, comme contre-partie inévitable, la maladresse et la gaucherie qui le mettent hors d’état de s’appliquer aux affaires de la vie pratique, qui font de lui, comme jadis de Thalès, la risée d’une servante thrace (Théétète, 174a). Est il légitime de se résigner à cette séparation de la vertu philosophique et de la réalité sociale, qui s’est traduite, dans l’histoire d’Athènes, par des évènements tels que la condamnation de Socrate ? n’est ce point manquer à l’intérêt de l’humanité que de l’abandonner aux opinions absurdes et aux passions désordonnées de la multitude ? et la misanthropie n’est elle point, en définitive, un péché contre l’esprit au même titre que la misologie ? (Phédon, 89b) » (Léon Brunschvicg)

Certes le Sage (mais une fois Sage seulement, donc hors de portée des charmes des servantes thraces ou des grandes dames du monde) a le devoir de redescendre des « sommets » de la solitude pour venir secourir et enseigner la multitude prise dans le chaos des « opinions » (ou des émissions de Télé réalité et autre « petit ou grand journal ») ;

 mais il risque alors de lui arriver ce qui arrive à Zarathoustra dans Nietzsche !

Lorsque Zarathoustra eut atteint sa trentième année, il quitta sa patrie et le lac de sa patrie et s’en alla dans la montagne. Là il jouit de son esprit et de sa solitude et ne s’en lassa point durant dix années. Mais enfin son cœur se transforma, — et un matin, se levant avec l’aurore, il s’avança devant le soleil et lui parla ainsi :

« Ô grand astre ! Quel serait ton bonheur, si tu n’avais pas ceux que tu éclaires ?

Depuis dix ans que tu viens vers ma caverne : tu te serais lassé de ta lumière et de ce chemin, sans moi, mon aigle et mon serpent.

Mais nous t’attendions chaque matin, nous te prenions ton superflu et nous t’en bénissions.

Voici ! Je suis dégoûté de ma sagesse, comme l’abeille qui a amassé trop de miel. J’ai besoin de mains qui se tendent.

Je voudrais donner et distribuer, jusqu’à ce que les sages parmi les hommes soient redevenus joyeux de leur folie, et les pauvres, heureux de leur richesse.

Voilà pourquoi je dois descendre dans les profondeurs, comme tu fais le soir quand tu vas derrière les mers, apportant ta clarté au-dessous du monde, ô astre débordant de richesse !

Je dois disparaître ainsi que toi, me coucher, comme disent les hommes vers qui je veux descendre.

Bénis-moi donc, œil tranquille, qui peux voir sans envie un bonheur même sans mesure !

Bénis la coupe qui veut déborder, que l’eau toute dorée en découle, apportant partout le reflet de ta joie !

Vois ! cette coupe veut se vider à nouveau et Zarathoustra veut redevenir homme. »

Ainsi commença le déclin de Zarathoustra

….

et voici comment se termine cette belle et morale idylle si altruiste :

« Quand Zarathoustra eut dit ces mots, il considéra de nouveau le peuple et se tut, puis il dit à son cœur : « Les voilà qui se mettent à rire ; ils ne me comprennent point, je ne suis pas la bouche qu’il faut à ces oreilles.

Faut-il d’abord leur briser les oreilles, afin qu’ils apprennent à entendre avec les yeux ? Faut-il faire du tapage comme les cymbales et les prédicateurs de carême ? Ou n’ont-ils foi que dans les bègues ?

Ils ont quelque chose dont ils sont fiers. Comment nomment-ils donc ce dont ils sont fiers ? Ils le nomment civilisation, c’est ce qui les distingue des chevriers.

C’est pourquoi ils n’aiment pas, quand on parle d’eux, entendre le mot de « mépris ». Je parlerai donc à leur fierté.

Je vais donc leur parler de ce qu’il y a de plus méprisable : je veux dire le dernier homme. »

Et ainsi Zarathoustra se mit à parler au peuple :

Il est temps que l’homme se fixe à lui-même son but. Il est temps que l’homme plante le germe de sa plus haute espérance.

Maintenant son sol est encore assez riche. Mais ce sol un jour sera pauvre et stérile et aucun grand arbre ne pourra plus y croître.

Malheur ! Les temps sont proches où l’homme ne jettera plus par-dessus les hommes la flèche de son désir, où les cordes de son arc ne sauront plus vibrer !

Je vous le dis : il faut porter encore en soi un chaos, pour pouvoir mettre au monde une étoile dansante. Je vous le dis : vous portez en vous un chaos.

Malheur ! Les temps sont proches où l’homme ne mettra plus d’étoile au monde. Malheur ! Les temps sont proches du plus méprisable des hommes, qui ne sait plus se mépriser lui-même.

Voici ! Je vous montre le dernier homme.

« Amour ? Création ? Désir ? Etoile ? Qu’est cela ? » — Ainsi demande le dernier homme et il cligne de l’œil.

La terre sera alors devenue plus petite, et sur elle sautillera le dernier homme, qui rapetisse tout. Sa race est indestructible comme celle du puceron ; le dernier homme vit le plus longtemps.

« Nous avons inventé le bonheur, » — disent les derniers hommes, et ils clignent de l’œil.

Ils ont abandonné les contrées où il était dur de vivre : car on a besoin de chaleur. On aime encore son voisin et l’on se frotte à lui : car on a besoin de chaleur.

Tomber malade et être méfiant passe chez eux pour un péché : on s’avance prudemment. Bien fou qui trébuche encore sur les pierres et sur les hommes !

Un peu de poison de-ci de-là, pour se procurer des rêves agréables. Et beaucoup de poisons enfin, pour mourir agréablement.

On travaille encore, car le travail est une distraction. Mais l’on veille à ce que la distraction ne débilite point.

On ne devient plus ni pauvre ni riche : ce sont deux choses trop pénibles. Qui voudrait encore gouverner ? Qui voudrait obéir encore ? Ce sont deux choses trop pénibles.

Point de berger et un seul troupeau ! Chacun veut la même chose, tous sont égaux : qui a d’autres sentiments va de son plein gré dans la maison des fous.

« Autrefois tout le monde était fou, » — disent ceux qui sont les plus fins, et ils clignent de l’œil.

On est prudent et l’on sait tout ce qui est arrivé : c’est ainsi que l’on peut railler sans fin. On se dispute encore, mais on se réconcilie bientôt — car on ne veut pas se gâter l’estomac.

On a son petit plaisir pour le jour et son petit plaisir pour la nuit : mais on respecte la santé.

« Nous avons inventé le bonheur, » — disent les derniers hommes, et ils clignent de l’œil. —

Ici finit le premier discours de Zarathoustra, celui que l’on appelle aussi « le prologue » : car en cet endroit il fut interrompu par les cris et la joie de la foule. « Donne-nous ce dernier homme, ô Zarathoustra, — s’écriaient-ils — rends-nous semblables à ces derniers hommes ! Nous te tiendrons quitte du Surhumain ! » Et tout le peuple jubilait et claquait de la langue. Zarathoustra cependant devint triste et dit à son cœur :

« Ils ne me comprennent pas : je ne suis pas la bouche qu’il faut à ces oreilles. »

comprenez vous ce qui se passe ?

« Il est temps que l’homme se fixe à lui-même son but. Il est temps que l’homme plante le germe de sa plus haute espérance. » c’est tout simplement ce que j’ai désigné comme « objet terminal », Dieu comme Idée des Fins, ce que Nietzsche appelle de façon dangereuse (ce que l’on a compris 60 ans après) le « Surhomme« .

Il ne le fait pas pour « souder les humains » en une communauté universelle (universelle à la façon ensembliste, idolâtre donc) ; il le fait pour éviter le règne du dernier homme, c’est à dire celui qui a cessé de vouloir que l’homme « se dépasse lui même » pour arriver au …bonheur et au confort !

par contre, dans la Sourate Al-Alaq, les desseins de Waraqa Ibn Nawfal sont tout autres que ceux de Thalès ou de Zarathoustra (c’est à dire : que ceux des vrais européens) .

Nous sommes au début du 7 ème siècle (vers 610  après Jésus-Christ) : la Grèce antique, celle de la si belle et si courte floraison de sagesse de Platon préparée chez Thalès, a cédé la place aux dieux  et aux cultes « d’origine et de caractère asiatique » comme dit Brunschvicg :

« Les “valeurs méditérranéennes”, celles qui ont dominé tour à tour à Jérusalem, à Byzance, à Rome et à Cordoue, sont d’origine et de caractère asiatique…… »

en somme, depuis 6 ou 8 siècles, et pour encore 10 siècles avant Descartes, c’est « business as usual » , et la servante de Thrace se sentirait comme un poisson dans l’eau : les dieux et les déesses côtoient les dieux et les déesses .

Et le Dieu d’Israel , qui a donné naissance au christianisme sous les espèces de son « fils » (ce qui sacandalise certes les juifs orthodoxes, qui sentent bien que tout ceci va mal se terminer pour eux, et pour les Nazaréens, qui se préparent à faire leur « révolution universelle » qui sera appelée plus tard « Islam ») ?

Itou !

c’est un Dieu à « peuple élu », donc point différent en essence des autres dieux, avec juste un peu plus de hargne peut être ? et encore ….

mais SVP, ne dites pas à ma mère que je vous ai dit ça, elle me croit barman au CRIJF !

Il reste que si je me réclame de Brunschvicg, je dois admettre que :

« pas de culte ni de peuple d’exception »

« l’esprit se refuse au Dieu du mystère comme au Dieu des armées »

 ou encore :

http://classiques.uqac.ca/classiques/brunschvicg_leon/raison_et_religion/raison_et_religion.html (page 205)

« LII. — Bon gré, mal gré, il faudra en arriver à poser en termes nets et francs le problème que l’éclectisme cherchait à embrouiller ou à dissimuler, et dont aussi bien dépend la vocation spirituelle de l’humanité. Dira-t-on que nous nous convertissons à l’évidence du vrai lorsque nous surmontons la violence de l’instinct, que nous refusons de centrer notre conception du monde et de Dieu sur l’intérêt du moi ? ou sommes-nous dupes d’une ambition fallacieuse lorsque nous prétendons, vivants,

échapper aux lois de la vie, nous évader hors de la caverne, pour respirer dans un P199 monde sans Providence et sans prières, sans sacrements et sans promesses ?

La clarté de l’alternative explique assez la résistance à laquelle se heurte une conception entièrement désocialisée de la réalité religieuse. Un Dieu impersonnel et qui ne fait pas acception des personnes, un Dieu qui n’intervient pas dans le cours du monde et en particulier dans les événements de notre planète, dans le cours quotidien de nos affaires, « les hommes n’ont jamais songé à l’invoquer ». Or, remarque M. Bergson, « quand la philosophie parle de Dieu, il s’agit si peu du Dieu auquel pensent la plupart des hommes que, si, par miracle, et contre l’avis des philosophes, Dieu ainsi défini descendait dans le champ de l’expérience, personne ne le reconnaîtrait. Statique ou dynamique, en effet, la religion le tient avant tout pour un Être qui peut entrer en rapport avec nous »

et Brunschvicg est encore plus clair à la fin de « Raison et religion » sur la rénovation religieuse qui s’opère chez Thalès sous les yeux moqueurs de la servante thrace :

« Et la parole demeure, qui passe outre à la séduction pieuse de l’éclectisme : On ne sert pas deux maîtres à la fois, seraient-ce (oserons-nous conclure) la puissance du Père et la sagesse du Fils. »

la voilà, la différence, entre la révolution religieuse, scientifique et philosophique, enfin mise en chantier définitivement en Europe avec Descartes (savoir si elle n’est pas à l’arrêt et possède une seule chance d’être menée à bout, ça c’est un autre problème) et la prétendue révolution mondiale du Coran mise en branle, pour des motifs de conquête de et puissance dominatrice, par Waraqa Ibn Nawfal !

Le gourou nazaréen ne connaît pas le « Fils », c’ est à dire la réflexion philosophique et mathématique menant à la Sagesse : il ne connaît que le Père, Allah, à la fois objet initial comme « Seigneur et Créateur » , et objet terminal comme « ce à quoi nous faisons retour, à la fin, au Jugement ».

aussi en mettant en place dès cette première sourate révélée, le « morphisme spécial » passant par le point 0 qui est l’objet nul Allah, voir :

https://meditationesdeprimaphilosophia.wordpress.com/2012/05/09/objet-initial-objet-terminal-et-objet-nul-premiere-application-de-la-toposophie-au-coran/

ne se soucie t’il absolument pas de « recherche de la Vérité universelle » dans la science et la philosophie !

ces barbares ne savent pas ce que c’est que la science, ils ne disposent, face aux déchaînements terrifiants de la Nature, que de recettes de mages et de sorciers, aussi s’explique qu’ils ont besoin d’imaginer des « dieux puissants, plutôt que sages », qui le protègeront des ouragans, des tempêtes, des famines, des sècheresses, etc….

Ce que veut Waraqa Ibn Nawfal, ce n’est pas la Vérité universelle (accessible seulement par l’effort infini de la recherche)…

c’est la domination universelle, et pour cela il a besoin de créer l’Idée ( simili-éternelle, comme tous les mensonges bien médités et les Idoles) d’une communauté modiale et universelle :

la Oumma islamiyya

idée qui dure encore à ce jour, et entraîne l’incessant prosélytisme islamique, dont on comprend maintenant qu’il est vain d’espérer qu’il renonce un jour.

S’il le faisait, il renoncerait à sa fondation même, dans ce que nous avons appelé ici le « morphisme distingué » passant par Allah, le point nul, à la fois initial et terminal.

On comprend aussi quelle devra être la stratégie intellectuelle, philosophique et religieuse pour trouver la seule alternative à l’Islam mondial : laisser tomber Dieu comme objet initial, comme Origine.

L’Origine est dans le Cogito, là où je dis « je pense, je suis », à l’intérieur de chacun de nous !

pas dans le temps reculé du Big Bang ou des fluctuations du vide quantique.

Tout simplement parce que pour « voir des signaux lumineux » en provenance de plus en plus rapprochée du Big Bang, il faut quelqu’un qui ait construit les téléscopes, et qui regarde…

de même que pour créer la théorie des « quantum fluctuations », il faut des physiciens et des mathématiciens ! et la physique mathématique !

et l’idée de Vérité, donc , qui n’est autre que l’Idée de Dieu!

Dieu est en nous comme Idée universelle, régulant notre pensée !

c’est ça l’objet terminal, le seul qui puisse orienter universellement l’humanité !

quant aux houris dans les « Jardins d’Allah », elles attendront !

elles ne peuvent faire que ça, puisque ce sont des êtres imaginaires !

(et d’une imagination pas très « jolie » , si vous voulez mon avis)

ce que fait Waraqa, en choisissant de créer une oumma mondiale plutôt que de chercher la Vérité « en son coeur et en sa Raison », c’est d’opter pour l’universalisme ensembliste :

http://leserpentvert.wordpress.com/universalisme-abstrait-ou-concret/

ce qu’il faut faire, c’est donc opter pour l »‘universalisme catégorique, celui des topoi et de la toposophie !

https://meditationesdeprimaphilosophia.wordpress.com/lhomme-occidental/

« Toute réflexion inquiète de l’Européen sur l’Europe trahit un mauvais état de santé intellectuelle, l’empêche de faire sa tâche, de travailler à bien penser, suivant la raison occidentale, qui est la raison tout court, de faire surgir, ainsi que l’ont voulu Platon et Spinoza, de la science vraie la pureté du sentiment religieux en  chassant les imaginations matérialistes  qui sont ce que l’Occident a toujours reçu de l’Orient »

et l’on sait que les « réflexions inquiètes des Européens sur l’Europe », elles sont de plus en plus fréquentes, notamment chez ceux qui s’imaginent trouver un recours, sinon un retour, dans l’Islam :

Ils ont bien tort, et l’on vient , si je ne m’abuse, de le leur démontrer !